Cette matière sera partout cet été et elle est bien plus écologique que le coton

·1 min de lecture

Cultivé en grande majorité en France, il séduit de plus en plus l’industrie textile, pressée par les consommateurs de trouver des matières durables et une filière responsable.

A la différence du coton, l’eau de pluie lui suffit, ce qui en fait une des fibres les plus écologiques. Autre atout : on peut le cultiver en France. Ici, dans nos champs, dès le mois de mars, les agriculteurs sèment les graines qui, cent jours plus tard, à la mi-juin, donnent naissance à de grands parterres de petites fleurs bleues. Après arrachage et rouissage au soleil, la fibre extraite de la tige est travaillée dans une usine de teillage où l’on en extrait l’enveloppe précieuse qui sera ensuite tissée.

La France reste le premier producteur de lin avec 80 % de la production mondiale. C’est la délocalisation des filatures en Europe de l’Est et en Chine qui avait cassé la chaîne textile du lin français. Mais certains industriels, engagés dans la relocalisation, rouvrent des filatures dans l’ouest de l’Europe. Outre l’entreprise Safilin, qui a annoncé sa réimplantation prochaine dans le nord de la France, trois autres sont prévues (groupe NatUp). Le lin transformé en France ou en Europe est certifié par un label : Masters of Linen ou European Flax, qui garantit une traçabilité et une qualité premium.

Le chouchou de l’été

« Nous nous définissons comme une industrie créative, confie Marie-Emmanuelle Belzung, déléguée générale de la Confédération européenne du lin et du chanvre (Celc). Nous avons encouragé tous les industriels à développer l’innovation. Résultat, quand la demande du...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles