M. Pokora "indécent" ? Ces propos qui ne passent pas du tout

Ses paroles ont-elles dépassé sa pensée ? En plein concert à Amiens le 8 mars 2020, M. Pokora a laissé exploser sa déception de devoir interrompre sa tournée suite aux mesures de sécurité imposées par le gouvernement. En effet, pour limiter la propagation du virus Covid-19 qui sévit dans tout le pays, les rassemblements de foules de plus de 5.000 personnes ont été interdits. Une directive qui a eu le don de mettre en boule le jeune papa : "C’est vraiment dur de ne pas pouvoir monter sur scène, aller voir mon public… " Mais le chanteur de 34 ans ne s’est pas arrêté là.

La gorge nouée et les larmes dans les yeux, M. Pokora a enfoncé le clou : "Vous savez à quel point je travaille comme un chien pendant deux ans pour préparer un spectacle comme ça avec mes équipes, pour vous proposer le plus beau spectacle possible ", a-t-il déclaré comme le rapporte Chartsinfrance. Des regrets qu'il avait également exprimés sur Twitter le 4 mars dernier : "C'est plus de 100 personnes qui bossent sur cette tournée... Donc, sur le coup, me dire que je ne pourrai pas le partager avec le public, ça m'a mis une claque." Pour les chroniqueurs de TPMP People, diffusé vendredi 13 mars 2020 sur C8, le mal est fait.

" Je n’ai vu aucune compassion de la part de M. Pokora "

Interrogée à ce sujet par Matthieu Delormeau, Catherine Rambert, journaliste et écrivaine, n’a pas mâché ses mots : "Il aurait pu dire qu’il était inquiet pour son équipe, mais il parle que de lui. Étaler ses petits malheurs, ses petites inquiétudes de star lorsqu’il y a une pandémie... c’est un peu indécent, je regrette mais je n’ai vu aucune compassion de la part de M. Pokora", a-t-elle balancé. Seul face à ses interlocuteurs, Matthieu Delormeau a tout de même tenté de défendre le chanteur : "Ces déclarations, elles n’étaient pas que pour lui, ce n’est pas de l’égoïsme, c’est pour toute l’équipe qui travaille autour. Pour certaines personnes, être malade c’est grave mais pour d’autres personnes, perdre son travail c’est très grave

(...) Cliquez ici pour voir la suite