Matthieu Ricard : "La méditation permet de dissoudre l’animosité"

A l’occasion de « Yoga for Karuna », un événement collectif du 25 au 27 Octobre à Paris pour soutenir les projets humanitaires de sa fondation en Inde du Nord, frappée par une sècheresse historique, et berceau du yoga, nous avons rencontré Matthieu Ricard. Méditer c’est bien, agir c’est mieux.

Paris Match. À quoi sert la pratique du yoga ?
Matthieu Ricard. Le mot sanskrit « yoga » signifie « union ». En tibétain, ce terme se réfère à une pratique permettant d’unir la nature fondamentale de notre esprit, la « présence éveillée ». Il signifie aussi « méthode » « joug » et « mise au repos » et vise à mettre au repos les états mentaux perturbateurs. Dans l’hindouisme, il existe de nombreuses formes de yoga, fondées sur l’action, la dévotion, etc... La forme la plus couramment pratiquée en occident est l’hatha-yoga, un ensemble d’exercices physiques qui, dans leur contexte original, vise également à pacifier notre esprit.

Peut-on vivre heureux sans méditer ?
La méditation n’est pas un divertissement ni une quête hédonique de sensations éthérées. Elle peut même être tout à fait ennuyeuse, car elle vise à éroder nos tendances habituelles, C’est une pratique de toute une vie destinée à devenir un meilleur être humain en nous familiarisant avec la façon dont fonctionne notre esprit et en nous permettant de dissoudre l’animosité, l’attachement, le manque de discernement, l’arrogance et la jalousie qui empoisonnent notre vie et celle des autres, et d’atteindre ainsi à une plus grande liberté intérieure. Nous avons tous un esprit auquel nous avons à faire du matin au soir. Cet esprit peut être notre meilleur ami comme notre pire ennemi. Nous sommes un mélange d’ombres et de lumières. Mais nous avons aussi tous le potentiel d’entraîner notre esprit pour arriver à une manière d’être plus optimale. Pour ce faire, le bouddhisme offre une voie vaste et profonde, riche en méthodes. La méditation laïque, telle qu’elle est principalement pratiquée en Occident, n’est qu’un outil extrait de pratiques originaires du bouddhisme(...)


Lire la suite sur Paris Match