MB : comment calculer son métabolisme de base ?

Le métabolisme de base est l’énergie dépensée par le corps au repos qui nous permet de vivre et de maintenir en activité le coeur, la digestion, la respiration, maintien de la température du corps… En d’autres termes, lorsque l’on passe la journée au lit, nous dépensons quand même de l’énergie ! Le métabolisme basal est exprimé en calories par jour, et c’est l’alimentation qui nous permet de subvenir à nos besoins énergétiques.

De quoi dépend le métabolisme de base ?

Le métabolisme de base varie selon le sexe, l’âge, la taille, le poids ainsi que l’activité thyroïdienne et même la température extérieure et les conditions climatiques. Il est possible de calculer son métabolisme de base en suivant la formule de Harris et Benedict recalculée par Roza et Shizgal. Voici deux formules de calcul, une pour les femmes et une autre pour les hommes. La lettre "P" signifie "poids", "T", "taille", et "A", âge.

Femmes : MB = 9,740 x P + 172,9 x T – 4,737 x A + 667,051

Hommes : MB = 13,707 x P + 492,3 x T – 6,673 x A + 77,607

À noter que les hommes ont un métabolisme de base plus important que les femmes, que plus nous sommes grands et lourds, plus nous dépensons des calories, et qu’avec l’âge, notre métabolisme basal diminue. Par ailleurs, une activité physique régulière augmente le métabolisme basal.

Pourquoi calculer son métabolisme de base ?

Connaître son métabolisme de base permet de savoir combien de calories il faut consommer pour perdre du poids. C’est ce que l’on appelle la balance énergétique. Pour garder un poids stable, il faut un équilibre entre les apports énergétiques et les dépenses. Si l’on mange plus que ce que l’on dépense habituellement, on prend du poids : on stocke l’énergie non utilisée. Au contraire, si l’on consomme moins de calories que ce que notre organisme dépense, on perd du poids. Le corps puise dans les réserves d’énergie pour fonctionner.

Pour perdre du poids, il est donc conseillé de revoir ses habitudes alimentaires : de privilégier les fruits et les

(...) Cliquez ici pour voir la suite