McDonald’s : une employée licenciée pour avoir dénoncé son manager qui la filmait dans les vestiaires

Comme beaucoup d’étudiants parisiens, Eva* a besoin de travailler à temps partiel en plus de ses études. Depuis le 16 octobre 2019, la jeune femme de 20 ans était employée au McDonald’s de la rue Réaumur, dans le deuxième arrondissement de Paris. Mais l’étudiante a eu une très mauvaise surprise dans les vestiaires, deux semaines après son embauche, comme le dévoile Le Parisien. Alors qu’elle revêtait sa tenue de travail, Eva a découvert un téléphone caché dans le vestiaire. “Il se trouvait dans le casier grand ouvert d'une de mes collègues. Il enregistrait avec la caméra dirigée vers mon casier et l'entrée des toilettes du vestiaire des filles”, déclare-t-elle à la police, le soir des faits. Au moment de cette trouvaille perturbante, la jeune femme attrape le smartphone pour le regarder. Ce dernier était déverrouillé et appartenait à son supérieur hiérarchique.

Eva a donc porté plainte auprès des autorités. Sur la dernière image filmée par le téléphone, on aperçoit le bras de son propriétaire. Il positionne l’appareil afin d’avoir le meilleur angle possible : cet acte était donc intentionnel. La jeune étudiante, outrée par cette intrusion, a d’abord demandé un arrêt de travail. Pourtant, le 20 novembre 2019, la direction de l’établissement l’informe de la rupture de son contrat. En période d’essai, Eva avait signé un CDI comme équipière polyvalente dans la chaîne de fast-food. Un employeur n’est effectivement pas tenu de donner une raison valable pour le licenciement d’un salarié en période d’essai. Pour elle, aucun doute : ce renvoi est dû à sa plainte et aux liens de parenté entre son manager et le gérant de l’enseigne. “C’est son fils, je l’ai appris après les faits”, signale-t-elle à nos confrères du Parisien. Contactée par le quotidien, la direction du restaurant a affirmé que les deux hommes portent le même nom, mais refuse d’attester de leur lien familial. Pour Eva, c’est pour cette raison que la direction des ressources humaines lui a suggéré de travailler dans

(...) Cliquez ici pour voir la suite