Megan Fox : son fils de 8 ans victime de harcèlement parce qu’il porte des robes

·2 min de lecture

Le fils de Megan Fox, Noah, porte régulièrement des robes. À 8 ans, le petit garçon est la cible de violents commentaires sur internet, comme à l’école. Du harcèlement que sa mère a tenu à dénoncer. 

Des moqueries allant jusqu’à des menaces de mort, tout ça pour des robes… Megan Fox est excédée de voir les torrents de haine qui déferlent sur les réseaux sociaux à propos du style vestimentaire de son fils. Noah est déjà victime de harcèlement à l’école, parce que ses camarades n’acceptent pas le fait qu’il aime porter des robes ou des costumes de princesses. Mais comme si cela ne suffisait pas, les internautes se déchainent eux-aussi sur les habits qu’il choisit de mettre. L’actrice de 35 ans s’est confiée au magazine « InStyle » sur ces « gens méchants, horribles et cruels » qui s’en prennent à lui sur la toile. 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Si on pensait que le rose pour les filles et le bleu pour les garçons n’était plus d’actualité depuis longtemps, il semblerait que ce ne soit pas le cas pour certains. Les stéréotypes de genres dès l’enfance persistent dans les mentalités, au point d’harceler un enfant. Megan Fox tente de protéger au mieux son fils de ces actes inacceptables. « Je ne veux pas qu'il ait un jour à lire ces saloperies, car il en entend déjà de la part des petits enfants de sa propre école. Ils lui rappellent toujours que les garçons ne portent pas de robes ni de rose », explique-t-elle au média américain. Très attristée, Megan Fox souhaiterait juste que son fils puisse comme chacun, porter ce qu’il...Lire la suite de l'article sur Elle.fr

 À lire aussi 

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles