Megan Thee Stallion : « J'aime faire des choses que les autres ne feront pas »

Matthieu Bobard Deliere
·2 min de lecture

Comment être passé à côté du phénomène Megan Thee Stallion ? La rappeuse de 26 ans truste les ondes, les charts et les vidéos Tik Tok de la planète entière grâce notamment à ses hymnes irrévérencieux « WAP » en duo avec Cardi B ou encore « Savage ». La nouvelle petite chérie de la mode gagne à présent une nouvelle casquette, celle d’égérie de la nouvelle campagne Calvin Klein. Rencontre avec une fille de son époque.

ELLE. Pourquoi avoir accepté d’être le visage de la nouvelle campagne « Black Canvas » de Calvin Klein ?

Megan Thee Stallion. J'ai toujours rêvé de faire partie de cette campagne. Je suis tellement excitée qu’ils m’aient choisie et je suis très honorés de faire partie de cette aventure.

ELLE. Comment vous sentez-vous lorsque vous portez les sous-vêtements Calvin Klein ?

Megan Thee Stallion. Je me sens incroyablement bien ! Ils sont si confortables et j'adore la sensation sur ma peau.

3x2_no_logo_55 (1)
3x2_no_logo_55 (1)

© presse

ELLE. Quelle est votre vision du sexy ?

Megan Thee Stallion. Je veux dire… Je suis une « hot girl » (fille sexy en anglais, référence à son tube éponyme, ndlr). J’ai une attitude sexy ! Pour moi, être sexy c’est être soi-même, ne pas faire de compromis et ne laisser personne vous dire qui ou quoi être.

ELLE. Quelle relation entretenez-vous avec la mode ? Votre Instagram ressemble à une bible de la mode.

Megan Thee Stallion. J'adore les vêtements, j'aime la mode, j'aime repousser les limites, j'aime faire des choses que les autres ne feront pas…. Et vous savez, j'adore mes sacs à main.

ELLE. Quelles sont vos pièces favorites de la collection printemps 2021 de Calvin Klein ?

Megan Thee Stallion. Je dois dire que les sous-vêtements CK sont définitivement mes favoris. Je suis une grande fan des pièces confortables tout en ayant l'air sexy. Les ensembles de soutien-gorge Modern Cotton permettent entièrement cela. Je les porte beaucoup...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi