Meghan Markle : les internautes choqués par le dérapage d'une intervenante sur BFMTV

Rien ne va plus outre-Manche ! Quelques jours après avoir partagé leurs voeux de bonnes années, Meghan Markle et le prince Harry ont pris une grande résolution. Pour débuter l’année 2020, le couple Sussex a annoncé vouloir prendre ses distances avec la famille royale et “travailler à devenir indépendant financièrement”. Une nouvelle qui a pris tout le monde au dépourvu. En attendant que la reine ne se prononce et la réunion de crise réunissant les Windsor, les journalistes et spécialistes de la monarchie anglaise se sont bousculés sur les plateaux de télévision pour commenter ce que les tabloïds nomment Le Megxit.

Ce lundi 13 janvier, Olivier Truchot recevait sur le plateau de BFM Story Anne-Elisabeth Moutet, éditorialiste au Daily Telegraph. “Il y a deux dangers réels qui font peur à la famille royale. Le premier, c'est la rupture totale avec une séparation complète. Ensuite, Meghan et Harry avaient commencé des négociations avec des chaînes américaines dans le but de donner une interview exclusive”, a-t-elle commencé par expliquer.

“Je vous laisse propriétaire de cette formule”

Alors qu’elle revenait sur les nombreuses inquiétudes d'Elizabeth II face à cette situation inédite, la journaliste a dérapé. En tentant d’expliquer que Meghan Markle aurait peut-être caché ses intentions depuis le début de sa relation avec Harry, elle lance avec un large sourire : “On pensait qu’il avait épousé Halle Berry et il se retrouve avec Rokhaya Diallo". Visiblement mal à l’aise face à cette comparaison, le présentateur lui répond : “Je vous laisse propriétaire de cette formule”.

Scandalisée par ces propos, la co-fondatrice de l'association Les Indivisibles, lui a répondu sur Twitter : “Est-il impossible de parler d’une femme noire comme d’un être singulier ? Pourquoi juger de sa respectabilité en la comparant à d’autres femmes noires ?” Nombreux sont les internautes à lui avoir apporté leur soutien. “Vous devriez porter plainte pour ces propos qui font atteinte à votre dignité en qualité

(...) Cliquez ici pour voir la suite