Meghan Markle capricieuse ? Choqué, Stéphane Bern balance sur la Duchesse

Mercredi 8 janvier 2020, le duc et la duchesse de Sussex ont annoncé via un communiqué qu’ils renonçaient à leur rôle au sein de la famille royale britannique. Un caprice selon Stéphane Bern, le spécialiste français des têtes couronnées, qui a répondu aux questions du Parisien dimanche 12 janvier.

Panique outre-Manche ! Panique chez la reine ! Panique chez les admirateurs secrets (ou pas secrets) des têtes couronnées ! Mercredi 8 janvier 2020, le duc et la duchesse de Sussex ont annoncé via un communiqué qu’ils renonçaient à leur rôle au sein de la famille royale britannique... sans même prévenir la reine ! Eh oui, Meghan Markle et le prince Harry souhaitent voler de leurs propres ailes et devenir indépendants, que ce soit financièrement ou... dans la vie tout simplement. Naturellement, tout le monde s'agite au Palais et la reine Elizabeth II ne sait plus où donner de la tête. Si son petit-fils préféré se met à tout envoyer valser, alors où va le monde ? Lundi 13 janvier, Harry le rebelle doit rencontrer sa grand-mère la reine pour une réunion de crise dans la résidence privée de la souveraine, à Sandringham. L'objectif ? Trouver une solution qui permette à tous les membres de la famille royale britannique de vivre en paix sans détruire le château (de cartes ?). Son père le prince Charles et son frère le prince William seront également présents lors de cette réunion au sommet et la rumeur dit que Meghan Markle, qui s'est déjà envolée au Canada pour rejoindre leur fils Archie et commencer à créer sa nouvelle vie, pourrait y participer... par téléphone.

Contacté par Le Parisien, le spécialiste des têtes couronnées français, Stéphane Bern a réagi à ce séisme british. "Harry n'a aucune raison de monter sur le trône [il est sixième dans l'ordre de succession à la Reine; ndlr.], il veut donc rompre les amarres", analyse l'animateur de Secrets d'Histoire à propos du frère de William, qu'il décrit comme étant le "plus fragile et le plus instable psychologiquement" des deux. Meghan Markle, que l'on a déjà pu voir au bout du rouleau ces derniers mois, tenterait de son côté d'échapper à la "pression médiatique." Une raison qui ne convainc pas pour autant Stéphane Bern : "Meghan aurait dû se douter qu'en épousant le prince Harry, elle épousait 60 millions de Britanniques", lâche-t-il. Malgré le "mal-être" apparent de la jeune maman, Stéphane Bern voit dans cette décision soudaine une forme de (...)

Lire la suite sur Femme Actuelle

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi : Meghan Markle et le prince Harry : toute la chronologie de leur histoire d’amour résumée en 2 minutes