Meghan Markle et Harry : leurs agents de sécurités, las d’être traités comme des “boniches”, souffriraient de leurs caprices

En ce début d’année 2020, le Megxit aura (presque) autant fait parler que le Brexit. Le 18 janvier, le duc et la duchesse de Sussex ont déclaré qu’ils souhaitaient prendre leurs distances avec la famille royale britannique. "Après plusieurs mois de réflexion et de discussions en interne, nous avons décidé d'engager cette année une transition […] Nous voulons prendre du recul en tant que membres senior de la famille royale et travailler pour être financièrement indépendants, tout en continuant de soutenir pleinement Sa Majesté la Reine", faisaient-ils savoir par le biais d'un communiqué publié sur leur site et sur les réseaux sociaux. "Nous prévoyons d'organiser notre temps entre le Royaume-Uni et l'Amérique du Nord, en continuant d'honorer notre devoir envers la Reine." Aussitôt dit, aussitôt fait : Meghan Markle s'est très vite envolée en direction du Canada, où elle a d'ores et déjà commencé à construire sa nouvelle vie avec son fils Archie. Harry a très vite rejoint sa petite famille dans une luxueuse villa située dans le quartier de West Vancouver. D'après le Daily Mail, Meghan Markle aurait décrit cet endroit comme un havre de paix. "Ces deux derniers mois, elle s’est davantage sentie chez elle ici qu’elle ne l’a jamais été au Royaume-Uni", jure même un proche.

"Ils devraient se concentrer seulement sur la protection"

Une ombre viendrait toutefois s’ajouter au tableau. Selon les informations du Sun, publiées dimanche 2 février, les agents de sécurité de Harry et Meghan souffriraient en effet de leurs conditions de travail, estimant être traités comme des "boniches." Une source explique ainsi au tabloïd : "Même s'ils sont heureux d'être là-bas et de faire leur travail, on a l'impression qu'ils font des tâches de domestiques, comme aller récupérer leurs repas à emporter et leurs courses à l’épicerie." Outre ce problème, se pose aussi la question de la sécurité. "Ce sont des officiers de sécurité et ils devraient se concentrer seulement sur la protection plutôt que de

(...) Cliquez ici pour voir la suite