Pour Meghan Markle, "ce serait un désastre" : cette sanction qui fait très peur à la duchesse de Sussex !

·2 min de lecture

Depuis mars dernier et son interview à Oprah Winfrey, Meghan Markle a cessé de s'exprimer sur la famille royale. En coulisses, par peur de la sanction, elle aurait demandé à Harry se lever le pied sur les attaques.

En mars dernier, elle s'attirait les foudres de la famille royale et des Britanniques en osant laver son linge sale en public, face à Oprah Winfrey, au cours d'une interview télévisée. Depuis, Meghan Markle aurait demandé à Harry de se calmer sur les attaques contre les membres de la Couronne. Pas forcément pour les bonnes raisons...

Meghan a peur de perdre son titre de duchesse

En effet, comme le confie une source proche de l'ancienne actrice de Suits, au magazine Heat : la maman d'Archie, actuellement enceinte d'une petite fille qui naîtra cet été, "a peur qu'ils ne leur enlèvent leurs titres royaux, ce qui serait un désastre des relations publiques", nous dit-on.

Et pour cause, après avoir démissionné de ses fonctions de membre senior de la famille royale, Meghan Markle a continué d'utiliser le titre de duchesse de Sussex sur toutes les plateformes, y compris pour signer son récent livre pour enfants, "The Bench".

Et ce, alors même qu'elle n'a plus travaillé en tant que membre de la famille royale depuis 15 mois, puisque pour rappel, Meghan et Harry avaient annoncé qu'ils démissionnaient de leurs fonctions royales en janvier 2020, date du début du Megxit.

Plus de boulot à Hollywood ?

Et si elle a récemment fait dire à son mari qu'elle se fichait complètement d'être une princesse, au cours d'un podcast avec l'acteur Dax Shepard, Meghan Markle serait tout de même déterminée à conserver son titre de royauté, qui lui a...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles