Melania Trump : une ex-collaboratrice de la Maison Blanche dévoile un message compromettant

·2 min de lecture

Stephanie Winston Wolkoff n'a pas dit son dernier mot. L'autrice de Melania and me - livre choc dans lequel elle fait des déclarations fracassantes sur Melania Trump, lève le voile sur un SMS compromettant que lui aurait envoyé l'ancienne Première dame des États-Unis. Pour rappel, l'ex-collaboratrice de l'épouse de Donald Trump a été limogée de la Maison-Blanche en février 2018, accusée d'avoir extorqué plus de 20 millions de dollars à l'État américain, lors de l'investiture de l'ancien président américain. Un scandale qui refait surface près de trois ans après, et face auquel la communicante est déterminée à se défendre. Dernière révélation en date : un message que lui aurait envoyé l'ex-mannequin slovéno-américain à l'époque où elle a été licenciée.

L'ancienne amie de Melania Trump a en a dévoilé le contenu sur Twitter, mercredi 10 février 2021 : "Je parle aux avocats et ils disent qu'il est risqué de travailler sous ce contrat. C’est risqué pour toi et c’est risqué pour la Maison Blanche. Et il vaut mieux que nous arrêtions là. Nous ne dirons rien. Nous ne disons rien à personne. D'accord ? J'espère que ça ne sortira pas", lui aurait écrit Melania Trump. Et d'ajouter : "Aujourd'hui, personne, personne ne demande rien. D'accord ? Donc, c'est pourquoi, c'est comme si tu n'avais pas été virée." Des mots explicites, qui pourraient entacher un peu plus la réputation du couple Trump, alors que le ministère de la Justice a porté plainte contre Stephanie Winston Wolkoff, l'accusant d'avoir enfreint un accord de confidentialité.

Melania Trump réagira-t-elle à ce tweet ? Seul l'avenir le dira. Néanmoins, l'ex-First Lady avait tenu à briser le silence en octobre 2020, à travers un texte publié sur le site de la Maison-Blanche. "Une personne qui dit m'avoir 'faite' alors qu'elle me connaissait à peine, quelqu'un qui s'est accroché à moi quand mon mari a remporté la Présidence. C'est une femme qui a secrètement enregistré nos appels téléphoniques, en diffusant une partie hors (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite