Melha Bedia, forte contre tout

Elodie Petit

Elle a résisté au coronavirus jusqu’au bout. Et pourtant, ceux qui connaissent Melha Bedia savent à quel point elle est hypocondriaque. Sur Instagram, elle nous emmène dans les coulisses de l’hôpital américain de Neuilly avec humour (cela lui vaudra d’ailleurs un courrier bien senti des hautes instances), elle montre son stock de médicaments dans le coffre de son scooter et partage avec ses followers les textos que son médecin traitant, qui forcément la connait bien, lui envoie. Coûte que coûte, Melha Bedia aura maintenu la sortie en salles de son premier film, « Forte ». Alors que de nombreux films voyaient leur sortie décalée, « Forte » était toujours à l’affiche, les rues parisiennes étaient envahies d’effigies de l’humoriste, en carton, sur une barre de pole dance.

Voir cette publication sur Instagram

FORTE ... Restez vraiment branchés en restant chez vous... mais restez branchés sans sortir... Parce que si en plus de sortir un film dans des cinémas fermés, vous me refilez le virus, je vais pas tenir. ❤️

Une publication partagée par Melha Bedia (@melhabedia) le 14 Mars 2020 à 1 :39 PDT

Dans « Forte », que nous avons pu voir il y a quelques semaines, Melha Bedia soulève un problème universel, mais de sa manière unique, l’injonction à la féminité. Si vous avez vu Melha, vous pouvez la décrire, avec son bonnet, son jean, ses baskets. Et elle ne cesse de le répéter, « montrez moi comment être...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi