Melissa Lucio sera-t-elle exécutée après la mort de sa fille ?

·1 min de lecture

Le 27 avril. C'est la date de l'exécution d'une femme hispanique, Melissa Lucio, au Texas. Celle-ci a été reconnue coupable d'avoir tué sa fille de deux ans. Une condamnation retentissante qui a eu lieu en 2008, dans ce que bien des voix désignent depuis des années comme un procès "à charge" et "sans preuve". En 2020, elle faisait même l'objet d'un documentaire, L'État du Texas contre Melissa. Aujourd'hui, cette affaire remise en lumière fait de nouveau grand bruit outre-Atlantique.

C'est en 1997 que Mariah, la fille de Melissa Lucio, avait été retrouvée inconsciente dans son appartement dans le sud-est du Texas, des marques sur le corps. Elle serait tombée d'un escalier quelques jours avant son décès. Rapidement accusée de meurtre, Melissa Lucio a toujours répété son innocence. Et dénoncé notamment un interrogatoire qui aurait duré plus de cinq heures.

"Je n'ai pas cessé de dire que je n'avais pas fait de mal à ma fille. Les policiers étaient grossiers, brutaux. Ils n'arrêtaient pas de me menacer pour que j'avoue quelque chose que j'aurais été incapable de faire à mon enfant", s'est exprimée la principale concernée. L'accusée aurait finalement avoué "avoir fessé et mordu sa fille", développe RFI.

Le procureur aurait directement vu en ces aveux "une confession de meurtre". Au cours du procès qui s'ensuivit, aucun des autres enfants de Melissa Lucio n'aurait été entendu, ni d'expert médical.

Une mobilisation pour sauver Melissa...

Lire la suite


À lire aussi

L'influenceur Benjamin Ledig menacé de mort après une vidéo polémique dans une église
La Pologne dans la rue après la mort d'Izabel, première victime de la loi anti-avortement
Morte à 10 ans suite à une excision : après le choc, la révolte en Somalie ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles