Publicité

Mercato: qui est Manuel Ugarte, le milieu de terrain uruguayen proche de rejoindre le PSG?

Né en avril 2001 dans la capitale uruguayenne, Manuel Ugarte, le milieu de terrain du Sporting Portugal ciblé par le PSG, a franchi les étapes à toute vitesse depuis ses premiers ballons tapés sur le City Park de la Ciudad de la Costa, à l'est de Montevideo, la capitale de l'Uruguay. Vite repéré par le CA Fénix, l'un des nombreux clubs de la ville, il sera lancé dans le grand bain professionnel à l’âge de 15 ans en tant que "Enganche", sorte de "Trequartista" à la sauce espagnole.

S'il naviguera d'abord entre les équipes de jeunes et le groupe pro, sa véritable ascension débutera en 2019, où il deviendra titulaire indiscutable des "Albi Violetas" (35 matches) et portera à 18 ans à peine le brassard de capitaine à plusieurs reprises. Une éclosion qui lui vaudra de participer aux qualifications aux JO de Tokyo avec les U23 uruguyens, et d'attirer l'attention en Europe, où Famalicão, club moyen du Portugal, flaire l'opportunité. "Famalicão est habitué de ce genre de coup, le club a révélé et révèle encore de nombreux jeunes prometteurs, comme Toni Martínez (Porto) récemment ou Iván Jaime. C'était un pari, mais ils étaient persuadés de la renvendre quatre ou cinq fois plus", explique Nicolas Vilas, spécialiste du championnat portugais pour RMC Sport.

En janvier 2021, il deviendra la plus grosse vente de l'histoire du CA Fénix (4,1 millions d'euros), et ne passera que... sept mois à Famalicão. Ses perfomances tapent dans l'oeil de tout le monde au Portugal, où le Sporting Lisbonne l'attire dès le mois d'août contre un chèque de 10,5 M€ pour 70% de ses droits (20% au Famaliçao et 10% au CA Fénix). L'Estádio José Alvalade, l'exigeante enceinte lisboète, ne mettra pas longtemps à en faire son nouveau chouchou.

Busquets comme référence, biberonné aux matchs de Xavi

"C'était un gros investissement pour le Sporting pour un jeune joueur, mais qui avait prouvé qu'il était déjà très mature", poursuit Vilas, qui décrit un milieu de terrain "très actif, combatif, mais aussi très bon techniquement". "Il dit que sa référence au milieu est Sergio Busquets, mais il a aussi grandi en regardant les matches de Xavi. Il a ce côté grinta sud-américaine, mais il est doté d'une très grande sensiblité technique."

Recruté par le coach lusitanien à la mode, Rúben Amorim, Manuel Ugarte confirmera immédiatement les qualités entrevues par le jeune technicien. "Il s'est très vite adapté dans le système d'Amorim, qui en a fait l'une de ses pièces maîtresses. Alors que des joueurs importants sont partis au milieu, comme Matheus Nunes ou João Palhinha, il a franchi encore un cap au Sporting pour devenir un taulier qu'Amorim couche systématiquement dans son onze. Il n'y a qu'à voir sa dernière performance lors du derby contre Benfica dimanche..."

>> Toutes les infos et rumeurs mercato EN DIRECT

Sa régularité est impressionnante: que ce soit en championnat (31 matchs), en Ligue des champions (les 6 matchs de la phase de groupes) ou en Ligue Europa (4 matches), l'Uruguayen a débuté l'intégralité des rencontres auxquelles il pouvait prendre part. Les quatre qu'il a manquées ne sont dues qu'à des suspensions pour accumulation de cartons jaunes, un de ses petits défauts (onze avertissements en Liga Portugal). "Mais il a le mental suffisant pour ne pas aller jusqu'au rouge", rappelle Vilas. Particulièrement rugueux, Ugarte n'a encore jamais été expulsé cette saison, alors qu'il lui reste encore un match de championnat avec le Sporting (son dernier?), vendredi à 22h15 face à Vizela (à suivre sur RMC Sport 1).

Le milieu défensif tant attendu par le PSG?

Doté d'un profil plus défensif et solide que Vitinha avec son 1,82 m et ses huit poumons, d'un caractère bien trempé et d'une grosse capacité à récupérer des ballons par sa vision du jeu et sa qualité de placement, Manuel Ugarte a tout du milieu défensif moderne. C'est un 6 ou un 8 au besoin, capable d'évoluer comme milieu défensif ou relayeur dans un milieu à trois, mais aussi dans un double pivot grâce à son abattage. Alors avec toutes ces qualités, le PSG tiendrait-il enfin son milieu de terrain défensif de très haut niveau attendu depuis des années et le départ de Thiago Motta?

"S'il vient à Paris, il va encore passer un cap. Ces 60 millions d'euros (le montant de sa clause libératoire que pourraient dépenser les Parisiens pour se l'offrir, ndlr) vont lui coller à la peau, même s'il n'y est pour rien. Il tentera de s'affirmer immédiatement comme l'a fait Vitinha, mais au PSG, il y a toujours un côté irrationnel. C'est sûr que ses qualités laissent augurer du bon. Il a ce truc que le PSG n'a pas, à la Thiago Motta en son temps: il est capable de faire les fautes utiles au bon moment. Il n'a pas peur d'y aller, de faire le sale boulot."

Les statistiques sont là pour s'en rendre compte: en Ligue des champions, le numéro 15 du Sporting est le joueur le plus efficace de la compétition au nombre des duels gagnés (11 toutes les 90 minutes), de tacles réalisés (5,6/90 min) et de tacles réussis (3,3/90 min). Il fait également partie du top 10 à son poste au nombre de ballons récupérés (dont interceptions) et de dribbles réussis. Devenu international A (8 sélections), présent à la Coupe du monde au Qatar avec la Celeste, Ugarte dispose d'une cote importante sur le marché mondial. "Le PSG n'y va pas sur un coup de tête, ils le suivent déjà depuis un moment, rappelle Nicolas Vilas. Quand on sait que de très gros clubs revenaient pour lui, Liverpool, Chelsea, Newcastle, les deux Manchester, le Barça... 60 millions, c'est cher, mais est-ce qu'il ne les vaut pas?"

Article original publié sur RMC Sport