Meta, Starbucks, Netflix… Certaines entreprises américaines vont payer les frais de voyage pour avorter à leurs salariées

©IStock

Plusieurs grandes entreprises ont annoncé qu’elles prendraient à leur charges les frais d’avortement de leurs salariées.

On le sait : aux États-Unis, les frais de santé sont exorbitants, et aucune sécurité sociale ne garantit l’accès aux soins aux plus précaires. Avec la décision de la Cour suprême de révoquer le droit à l’avortement, depuis vendredi 24 juin, les personnes les plus précaires subissent la double peine.

À lire également >> États-Unis : 6 questions sur le droit à l’avortement et sa remise en cause par la Cour suprême

Alors que certains États, comme la Louisiane ou le Missouri, ont d’ores et déjà annoncé que l’avortement était prohibés sur leur territoire, d’autres, comme la Californie ou l’État de New York, ont assuré aux femmes souhaitant avorter qu’elles étaient les bienvenues. Pour le moment aucune législation n’interdit de traverser les États pour avoir recours à une IVG. Mais ces voyages représentent un coût considérable.

Une législation qui impacte l’économie

Plusieurs grandes entreprises américaines ont indiqué qu’elles permettraient à leurs employées d’avoir accès à un avortement, en payant pour leurs frais de voyage, a détaillé le « New York Times ». Starbucks, Tesla, Yelp, Airbnb, Microsoft, Netflix, Patagonia, DoorDash, JP Morgan, Levi Strauss & Co, PayPal et Reddit ont annoncé qu’elles prendraient à leur charge les frais de voyage liés à une IVG dès lors que le projet de loi Alito a fuité, début mai.  D’autres entreprises les ont rejointes vendredi, alors que la décision a été annoncée...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles