Meurtre d'Alexia Daval : nouveau rebondissement dans l'affaire

C'est sur le banc des accusés qu'il devait comparaître jeudi 23 janvier 2020, à 9H, au palais de justice de Strasbourg. Mais le programme de Randall Schwerdoffer pourrait être contrarié. En effet, ses avocats Jean-Baptiste Euvrard, Antoine Fittante et Marylène Correia, sont en grève depuis trois semaines contre la réforme des retraites, révèle une dépêche AFP relayée par Ouest France. Celui qui a également représenté l'anesthésiste Frédéric Péchier a donc demandé à ce que son procès soit reporté. Les barreaux de Montbéliard (Doubs), Metz et Strasbourg dont tous trois dépendent ont, pour l'heure, décidé d'une "grève illimitée", a déclaré Me Euvrard à l'AFP.

⋙ Affaire Alexia Daval : des sextoys volés dans la maison du couple mise sous scellés

"Marylène Correia nous représentera tous trois et aura un pouvoir de représentation de Randall Schwerdorffer pour le représenter également, et pour solliciter le renvoi de l’audience" a-t-il ajouté. Me Schwerdorffer, l'avocat de Jonathann Daval, est poursuivi par le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, pour violation de secret professionnel. En effet, le pénaliste aurait échangé des informations avec la mère de son client, Martine Henry, alors que celui-ci participait à une confrontation avec les parties civiles. En sortant fumer une cigarette, l'homme de loi lui confie que son fils Jonathann a fondu en larmes devant une photographie d'Alexia et de leur chat, apportée par sa belle-mère. "Il a craqué sans changer de version", affirme Me Schwerdorffer. La presse locale s'est alors empressée de répandre la nouvelle.

Le corps sans vie d’Alexia Daval, une employée de banque de 29 ans, avait été découvert le 30 octobre 2017, partiellement calciné, dans un bois près de Gray (Haute-Saône), à quelques kilomètres de la maison du couple. Jonathann Daval avait reconnu avoir assassiné et brulé le corps de son épouse, avant de se rétracter, puis d'avouer à nouveau. Il sera jugé "courant 2020" devant la cour d’assises de Haute-Saône

(...) Cliquez ici pour voir la suite