Meurtre de Patricia Bouchon : la joggeuse aurait agonisé "une dizaine de minutes"

·1 min de lecture

Une mort suspecte. Le 28 juin 2021, s'ouvrait l'un des procès en appel les plus morbides qu'ait connu la cour d'assises du Tarn. En effet, alors que le mystère autour de la disparition de Delphine Jubillar ne désemplit pas, la mort de Patricia Bouchon, elle, n'a toujours pas de réel coupable plus de dix ans après les faits. En effet, le 14 février 2011, la secrétaire de quarante-neuf ans a été assassinée alors qu'elle effectuait un jogging à 4h30 du matin à Bouloc. Un mois plus tard, son corps sera retrouvé avec de nombreuses lésions sur le corps. Le seul suspect à ce jour est Laurent Dejean, aujourd'hui âgé de 42 ans, mis en examen pour meurtre quatre ans après les faits. À ce jour, l'accusé continue de nier les faits.

Lorsque le corps de Patricia Bouchon est retrouvé le 29 mars 2011, son tee-shirt et son soutien-gorge sont relevés et son pantalon est baissé laissant apparaître la culotte. Un gant en latex est retrouvé enfoncé au fond de sa gorge. Au vu des "lésions gravissimes" relevées sur les cervicales de la victime, ainsi que trois plaies réalisées "avec un objet contondant", les médecins légistes soupçonnent une tentative de viol "qui a mal tourné". Des voisins avaient également entendu des cris de femme dans la nuit et un homme répéter : "Excuse-moi, excuse-moi". Le 30 juin 2021, les experts affirment que le soir du meurtre, Patricia Bouchon a agonisé plusieurs minutes : "Elle survit plusieurs minutes, peut-être une dizaine", ont-ils déduit.

Cependant, Laurent Dejean, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles