Michel Cymes : accusé de minimiser le coronavirus, il règle ses comptes

Michel Cymes est le médecin le plus célèbre de France. Depuis de nombreuses années, il anime des émissions en parallèle de son activité de médecin. Au début du mois d'avril 2020, en plein confinement, il a renfilé sa blouse blanche pour prêter main forte au personnel soignant, en première ligne face à la pandémie. Présentateur de renom, il s'était également exprimé sur l'épidémie du Covid-19 à la télévision. Il avait rapidement été attaqué sur les réseaux sociaux, accusé de minimiser le coronavirus. Interrogé dans On refait de la télé sur RTL, samedi 9 mai, Michel Cymes a poussé un coup de gueule contre les violentes attaques dont il a été victime. Si l'animateur ne "regarde jamais les réseaux sociaux", il reconnaît avoir été blessé par cette "sorte de bashing", qu'il estime injustifié. "Ce n'est jamais très agréable, surtout quand vous ne comprenez pas pourquoi : je n'ai pas minimisé", a-t-il expliqué.

Michel Cymes pousse un coup de gueule

L'animateur de 62 ans est notamment revenu sur un épisode qu'il n'avait apprécié. "Il y a un journaliste un jour qui a écrit que j'avais prononcé le mot 'grippette', et comme tous les journalistes ne sont pas suffisamment professionnels pour aller vérifier, ils ont fait du copier-coller et j'ai vu dans la presse à je ne sais pas-combien de reprises que j'avais dit 'grippette', donc tout le monde s'est dit : 'Il a minimisé'", a-t-il confié avant d'enfoncer le clou : "Je n'ai jamais prononcé ce mot. La seule fois, c'est pour répondre à une question de [Yann] Barthès sur Quotidien qui me dit : 'Est-ce que c'est une grippette ?' et je lui réponds : 'Non, ce n'est pas une grippette'." Le célèbre médecin a ensuite révélé que l'avenir de Ça ne sortira pas d'ici sur France 2 était incertain, même si ce programme fait les beaux jours de la chaîne."On avait encore des tournages qui étaient prévus qui sont annulés", a-t-il annoncé. Et de poursuivre : "On va refaire le point pour savoir si on revient à la rentrée."

A lire aussi : Michel Cymes

(...) Cliquez ici pour voir la suite