Michel Cymes : ses tendres confidences sur sa femme Nathalie

·2 min de lecture

Michel Cymes est sans aucun doute le médecin le plus connu de France. A 63 ans, il s'est lancé dans un nouveau défi : écrire un ouvrage dont le thème principal est l'amour. Avec la psychologue Patricia Chalon, ils ont publié le 7 octobre 2020, Sur l'amour, paru aux éditions Stock. Dans les colonnes de Gala, il a assuré ne pas être un expert en amour, mais avoir une belle expérience depuis qu'il file le parfait amour dans les bras de Nathalie. Depuis 2015, les tourtereaux ont soudé leur amour en s'unissant pour la vie après avoir accueilli leur petit garçon en 2011. Si elle ne manque pas une occasion de soutenir son mari, elle n'a pas manqué de lire attentivement le nouvel ouvrage de Michel Cymes. Il a déclaré qu'elle avait particulièrement aimé. "Je note que c'est la première fois qu'elle veut lire aussi rapidement un bouquin que j'ai écrit. Elle m'a même demandé de lui dédicacer", s'est-il amusé avant de se confier plus sérieusement sur la relation qu'il entretient avec sa femme. Grâce à elle, il est parvenu à trouver l'équilibre qui lui manquait. "Je suis arrivé à un âge où l'on se dit que c'est génial de vivre avec quelqu'un, de partager. De penser qu'une personne sera auprès de vous jusqu'au bout, qu'elle vous accompagnera."

Alors qu'Emmanuel Macron a annoncé un nouveau confinement à compter de ce jeudi 29 octobre minuit, le couple garde un bon souvenir du premier confinement. "Au début, nous étions séparés. J’étais à Paris. Elle était en province. Mais comme j’ai ralenti mes activités, on s’est vus davantage et ça nous a beaucoup rapprochés. En tout cas, nous en sommes sortis plus soudés", a encore raconté le célèbre médecin. La relation qu'il entretient avec la femme de sa vie est très saine. Avec elle, il a l'impression d'être un homme et un père de famille comme tous les autres. "Je suis heureux de retrouver mon épouse et ma famille quand je rentre chez moi."

A lire aussi : Michel Cymes pas convaincu par les talents d'acteur de Stéphane Plaza : "C'est très limite" (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite