Michel Drucker, opéré du cœur : la touchante attention de Caroline Margeridon

·2 min de lecture

C'est une opération qui a fait frissonner la France entière. Le 26 septembre dernier, le taulier de France Télévisions, Michel Drucker, subissait une lourde opération chirurgicale à coeur ouvert afin de prévenir tout risque d'infarctus. Un triple pontage coronarien qui avait beaucoup inquiété son entourage, y compris son épouse depuis quarante-sept ans, Dany Saval. Fort heureusement, tout s'est très bien passé et Michel Drucker a pu rapidement reprendre ses esprits, comme l'avait confirmé son ami Michel Boujenah. Reste à savoir quand sera prévu son grand retour... Selon son acolyte et productrice de Vivement Dimanche, Françoise Coquet, il ne reprendrait pas les tournages avant février 2021. Une nouvelle déchirante pour ses fans mais aussi pour ses amis du show business. En effet, l'une de ses camarades de France 2 a tenu à lui faire passer un message...

À la grande surprise de la Toile, Caroline Margeridon, brocanteuse et acheteuse rendue célèbre par l'émission Affaire Conclue, a publié mercredi 27 octobre une photo en compagnie de Michel Drucker pour lui apporter son soutien. Sur le cliché en question, les milliers d'abonnés de Caroline Margeridon ont pu apercevoir leur collectionneuse favorite, bras dessus bras dessous avec le présentateur, le tout avec un grand sourire ! En légende, cette dernière a eu des mots très touchants : "Juste envie d’envoyer toute mon énergie à un homme formidable, Michel Drucker. Nous vous attendons avec impatience en février. Je vous embrasse tendrement", a-t-elle commenté avec plusieurs Emojis en forme de coeur.

Si tous les Français sont très impatients de retrouver Michel Drucker sur le petit écran, celui-ci est pour l'heure au repos forcé. Cependant, pas question de perdre le fil de l'actualité ! "Le matin, il allume CNews pour l'émission de Pascal Praud. Il aime bien aussi Faustine Bollaert. Et il était devant la série Le mensonge, avec Daniel Auteuil", racontait Françoise Coquet dans Le Parisien. Interrogé au sujet de son grand (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite