Quand Michel Fourniret avouait tuer les “témoins oculaires” de son impuissance sexuelle

·1 min de lecture

Il est l’un des pires tueurs en série que la France ait connu. Le 10 mai 2021, Michel Fourniret s’est éteint à l’âge de 79 ans… en emportant nombre de secrets dans sa tombe. Car s’il a reconnu être impliqué dans des dizaines d’affaires de disparitions et de meurtres depuis les années 60, la personnalité criminelle de celui que l’on surnomme “l’ogre des Ardennes” soulève encore des interrogations. Le journaliste Oli Porri Santoro – le seul à avoir interviewé Michel Fourniret en prison, le 16 janvier 2016, et à être en contact avec son fils Selim – tente d’y répondre dans son enquête de 46 pages, publiée dans le premier numéro du magazine trimestriel L’Envers des Affaires, édité en mai-juillet 2021.

Au cours des dernières décennies, Michel Fourniret a été présenté comme un pédocriminel, kidnappant de jeunes filles vierges avec l’aide de son épouse Monique Olivier. La justice, comme le peuple français d’ailleurs, impute donc depuis toujours des viols à l’ogre des Ardennes. Mais s’il a souvent reconnu être un assassin, avec une certaine fierté même, il a toujours nié être un violeur.

Lors de leur visite dans la prison d’Ensisheim, où était incarcéré le tueur en série ces dernières années, Oli Porri Santoro et Selim Fourniret l’ont confronté à propos de ses supposées agressions sexuelles : “Il a redoublé d’efforts pour nous faire comprendre, entre les lignes, qu’il était un assassin, mais en aucun cas un violeur. Pour cela, il n’a pas hésité à faire valoir son impuissance, sans rougir”, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles