Michel Fourniret : ce langage codé qu’il utilisait dans ses lettres à son fils Selim

·1 min de lecture

Michel Fourniret est mort le 10 mai 2021, à l’âge de 79 ans… en emportant nombre de secrets dans sa tombe. Car s’il a reconnu être impliqué dans des dizaines d’affaires de disparitions et de meurtres, celui que l’on surnomme “l’ogre des Ardennes” a toujours maintenu une part de mystère. Ainsi, il n’a jamais révélé l’endroit où il avait enterré le corps de la petite Estelle Mouzin, kidnappée en 2003 à l’âge de 9 ans. Le tueur en série et pédocriminel pourrait par ailleurs être impliqué dans la disparition de 21 autres fillettes et jeunes femmes, dont les ADN doivent toujours être comparés à ceux trouvés dans sa fourgonnette. S’il ne s’est jamais montré très coopératif avec le système judiciaire, Michel Fourniret semble avoir délié (à sa manière) sa langue auprès d’une personne en particulier : son fils cadet, Selim, né de son union avec Monique Olivier.

Dans le premier numéro du magazine L’Envers des Affaires, paru en mai-juillet 2021, le journaliste Oli Porri Santoro – le seul à avoir interviewé Michel Fourniret en prison et à être en contact étroit avec Selim – a mené une longue enquête de 46 pages sur la personnalité de l’ogre des Ardennes. Pour ce faire, il a notamment eu accès aux centaines de lettres que l’assassin écrivait à son fils depuis sa cellule, entre 2014 et 2018. “Dernièrement, Michel m’a mis sur la voie. Il parle beaucoup. Dans les lettres qu’il m’envoie, Michel égrène quelques indices”, indique Selim Fourniret (qui a par ailleurs changé de nom après l’arrestation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles