Michel Fourniret : la vraie raison pour laquelle sa femme Monique Olivier l’a dénoncé

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Violeur, pédocriminel et tueur en série, Michel Fourniret est l’auteur de crimes commis principalement sur des jeunes filles en France et en Belgique, entre 1987 et 2003. Un an après son arrestation, sa femme, Monique Olivier – qui avait mis en place un rituel glaçant pour "préparer" les fillettes kidnappées par son mari – faisait des aveux. Mardi 22 juin 2004, lors de son 121e interrogatoire, elle avait accusé son mari de deux meurtres avant d’avouer neuf autres crimes. Dans un entretien accordé à Jean-Luc Ployé avec Mathieu Livoreil, pour les besoins du livre L’approche du mal, dans la tête des serial killers, sorti aux éditions J’ai Lu (et que Femme Actuelle a pu lire), le mercredi 17 février 2021, elle avait confié : "Pour ses crimes, j’étais avec lui tout le temps, sauf pour les trois derniers. Natacha (Nantes), quand il la tue, je ne suis pas loin, mais je ne regarde pas. Après, je sais qu’il l’a laissée sur la plage. La petite Laville, il l’a jetée dans un puits. La petite Leroy, il l’a laissée sur place. La petite Brichet et la petite Desramault, il les a enterrées. Farida, il l’a étranglé et enterrée. Farida, elle était sympa et je l’aimais bien." En toute transparence, elle avait indiqué avoir accepté "qu’il prenne son plaisir où il le trouvait même s’il sacrifiait des gamines."

Évoquant le premier crime, la femme de Michel Fourniret, qui lui imposait une condition atroce pour l’aider "à chasser de jeunes filles vierges", a indiqué : "C’est vrai que je ne l’ai pas dénoncé. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles