Michel Sardou défend les droits des animaux... et se dit en faveur de la corrida

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Retour sur le devant de la scène pour Michel Sardou. Le chanteur de 74 ans sera bientôt à l'affiche de N'écoutez pas mesdames, une comédie de Sacha Guitry. Et pour l’occasion, l’interprète du tube Les Lacs du Connemara s’est rendu sur le plateau de l’émission C à vous, sur France 5 le lundi 30 août 2021. Interrogé par Anne-Elisabeth Lemoine au sujet du bien-être des animaux, l’artiste n’a pas hésité à prendre position pour la cause. "Je défends les animaux. Je ne veux pas qu’on abandonne les chiens. Je voudrais qu’on ait une loi plus stricte pour ceux qui achètent les chiens, qu’on puisse retrouver ceux qui les abandonnent", a ainsi expliqué Michel Sardou. Un point de vue qu’il défend fermement.

Pour autant, celui qui a récemment tenu des propos très durs sur son fils, l'écrivain Romain Sardou, a également indiqué avoir une difficulté avec l’une de ses passions. En effet, celui qui lutte contre la maltraitance animale soutien également la corrida. "J’ai un malentendu avec la société parce que je suis protecteur des animaux mais en même temps j’aime la corrida. Alors pour eux, je suis le diable", a ainsi indiqué le chanteur, qui avait avoué avoir eu recours à un test ADN pour découvrir ses origines familiales.

Réputé pour ne pas mâcher ses mots, Michel Sardou monte donc une nouvelle fois au créneau pour défendre la pratique de la corrida. Pour soutenir ce duel entre un homme et un taureau, à l'issue duquel le taureau est mis à mort ou, exceptionnellement gracié, l’artiste parle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles