Michel Zecler raconte que des policiers l'abordent dans la rue depuis son agression

·2 min de lecture

La vidéo d'une violence inouïe avait fait le tour des réseaux sociaux. Le 21 novembre 2020, Michel Zecler avait été roué de coups par des policiers dans le 17e arrondissement de Paris, et filmé par des caméras de vidéosurveillance dont les images avaient été dévoilées par le média Loopsider. Plus de trois mois après cette agression, qui a relancé le débat sur les violences policières, l'émotion du producteur reste palpable. Mardi 23 février 2021, il était invité sur le plateau de Touche pas à mon poste, sur C8. À cette occasion, l'homme qui est notamment connu pour avoir co-produit la tournée L’âge d’or du rap français s'est livré sur son quotidien, qui est loin d'être évident. Il a notamment révélé que certains policiers le reconnaissent dans la rue. "Même avec le masque", a-t-il précisé, bien qu'il "essaye de [se] camoufler". Lorsque des agents s'adressent à lui, ils lui demandent souvent : "Est-ce que c'est vous ?", a-t-il révélé avant d'ajouter : "Après, s'entame une petite discussion".

Lorsque Michel Zecler croise la route de policiers, plusieurs émotions se mélangent. "Tu as peur quand ils s'approchent de toi, maintenant ?", lui a demandé Cyril Hanouna. Et lui de répondre : "Il y a quand même un truc qui se passe. C'est vraiment à l'intérieur de ton corps. Tu sens une petite pression, un petit truc qui n'est pas normal finalement." Pour se protéger, il "préfère rester dans des zones où il y a des caméras", a-il confié.

Pour tenter de se reconstruire, Michel Zecler a expliqué qu'il "[se faisait] aider". "Le corps s'est remis plus vite que la tête ?", lui a demandé le présentateur du talk-show. Michel Zecler confirme : "Je crois. C'est toujours compliqué mais on fait en sorte que ça aille bien." Depuis son agression, les nuits de Michel Zecler sont peu reposantes : "Ça se voit que je suis fatigué ? J'ai un peu de mal", a-t-il déclaré. Et de conclure : "C'est pour ça que je me fais suivre. J'ai compris que tout seul ça risque d'être compliqué, je pense que j'en ai (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite