Le "micro-ghosting", ce comportement amoureux courant mais néfaste pour le couple

mikoto.raw Photographer

Après plusieurs rendez-vous et/ou une nuit passée ensemble : silence radio. L’autre est injoignable. Ce phénomène de ghosting, parfois rude à encaisser, est désormais bien connu. Mais une nouvelle version semble être apparue : le micro-ghosting. Avec ce comportement, plus difficile à détecter, explique Stylist, la rupture est plus lente et plus insidieuse. Les signes de ce micro-ghosting sont multiples. Peut-être que l’autre ne vous donne plus de nouvelles de lui ou d’elle, et qu’il vous faut en permanence relancer la conversation. Les personnes qui sont dans un processus de micro-ghosting envers vous vont également éviter de discuter du futur que vous pourriez avoir en commun. Pire, peut-être, iels changent de sujet lorsque vous leur parlez de quelque chose qui vous touche ou qui vous tracasse. Comme pour signifier que vous ne pourrez pas compter sur elle ou lui sur le long terme.

Alors que, selon un sondage organisé par l’application de rencontres Badoo, 58 % des gens admettent avoir déjà ghosté quelqu’un, l’expérience du micro-ghosting – qui semble être une première étape vers l’arrêt complet des contacts – paraît tout de même plus douloureuse. Dans le ghosting traditionnel, le simple fait de ne plus avoir de messages de l’autre personne, voire de se retrouver bloqué·e sur les réseaux sociaux par ladite personne, permet de se rendre à l’évidence : l’histoire est terminée.

Mais les minuscules actions précédemment citées n’envoient pas un signal aussi clair. Et vivre ces violences (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Couple : êtes-vous victime de "pocketing", ce comportement toxique et néfaste pour la santé mentale ?
Tout sur le concept islandais de l'Eingleði, ou comment célébrer la joie d'être célibataire
Quelle tendance dating vous correspond le mieux ? Faites ce test pour le savoir
Dating Sunday : le premier dimanche de l’année, meilleur jour pour trouver l’amour
Les séries Netflix influencent la sexualité des jeunes, mais leur impact n’est pas toujours positif