Notre microbiote évolue au contact de notre famille, de nos amis et même de nos voisins, selon une étude

Emma Bauso

Un ensemble de micro-organismes, de bactéries, de champignons et de virus. Toute cette petite compagnie forme le microbiote, présent à la fois dans nos intestins et dans notre bouche. Un microbiote que l’on partage avec plus de gens que l’on ne pouvait l’imaginer. Selon une étude parue dans la revue Nature, mi-janvier 2023, les contacts directs avec d’autres personnes au cours de notre vie feraient évoluer notre microbiote. Cela vaut pour notre famille, bien sûr, mais également pour nos voisins, nos ami·es ou même nos collègues.

Comme le rapporte Courrier international, cette recherche a d’abord confirmé la manière dont se forme notre microbiote de départ. Sans grande surprise, les mères transmettent le leur à leur enfant lors de la grossesse. “Pendant la première année de vie d’un nourrisson, la moitié des souches microbiennes retrouvées dans ses intestins sont partagées avec sa mère”, expliquent les chercheurs.

Pour affirmer cela, l’équipe de recherche, de grande envergure, a analysé les selles et la salive de près de 10 000 personnes dans le monde. Elle a noté que le partage des souches microbiennes maternelles “décroît avec le temps, mais ne disparaît pas complètement, car les individus plus âgés, entre 50 et 85 ans, conservent encore certaines souches microbiennes héritées de leur mère”.

Et si cela diminue après le premier anniversaire des enfants, c’est parce qu’iels sont alors beaucoup plus en contact avec d’autres personnes. Dès leur 4 ans, iels portent autant de souches (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

"La grossophobie fait du mal" : Marianne James assume son obésité et invite toutes les femmes à faire pareil
Qu'est-ce que la pause "fika", ce phénomène suédois qui permet de garder le moral en hiver ?
Ce défaut très répandu chez les jeunes affecterait leur santé physique et mentale, selon une étude
Sommeil : cette technique scandinave vous permettra de mieux dormir à deux et de dire ciao aux insomnies
On pourra bientôt détecter les troubles bipolaires avec une simple prise de sang