Miel, argile, cataplasmes… Les remèdes ancestraux qui marchent

Bien connu, ce basique de nos placards a aussi sa place dans notre pharmacie. Là encore, on favorisera un produit bio et, si possible local, pour profiter des conseils d’un producteur. Tous les miels ont un effet antiseptique. Combiné avec quelques gouttes d’huiles essentielles de ravintsara, c’est encore mieux.

Le miel d’acacia liquide est pratique et polyvalent tandis que le miel de thym apaise la gorge et aide les plaies à cicatriser. Moins connu, le miel de manuka, issu du nectar d’un arbrisseau d’Océanie, aurait une activité encore plus puissante, à la fois en interne (problèmes digestifs, toux) et en soin local (cicatrisation, problèmes de peau…). On le trouve aussi en pastilles pour la gorge. Les adeptes de la ruche peuvent tester la propolis, une sorte d’enduit riche en flavonoïdes, que les abeilles fabriquent à partir de résines d’écorces et de bourgeons. Peu d’essais cliniques ont été menés, mais les « anciens » utilisent la propolis par voie interne pour les verrues et les infections respiratoires. Par voie externe, elle serait efficace contre les plaies buccales ainsi que l’herpès génital et la vaginite.

C’est peut-être LE remède de grand-mère le plus classique. Outre la version à l’argile, Sylvie Hampikian recommande dans son livre un « cataplasme minute », avec les plantes très communes du jardin ou du frigo. Un coup de soleil ou une petite brûlure sur le barbecue ? D’abord, passez un peu d’eau fraîche sur la zone. Si vous êtes en cuisine, appliquez une tranche de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles