Mike Horn : l'aventurier dévoile une photo choc de son nez et donne des nouvelles inquiétantes

L'inquiétude persiste autour de Mike Horn et de son homologue Borge Ousland. Les deux explorateurs sont partis à la conquête de l'Océan Arctique depuis le 25 septembre dernier. Deux mois après, la situation semble plus que tendue. En effet, après les déclarations de sa fille, Annika Horn, c'est lui qui a directement pris la parole sur son compte Instagram. Comme le rapporte le Huffington Post, il a partagé un message alarmant sur sa situation. "Nous avons installé notre campement avec Borge Ousland derrière une grande arrête, juste à temps avant que les vents violents ne nous frappent. On a bien cru que la tente allait s’envoler avec nous à l’intérieur. Nous allons tout faire pour continuer cette expédition, en espérant avoir la météo de notre côté (...) Au moment où je vous parle, nous sommes à bout de force, nous avons perdu beaucoup de poids. Nous nous sentons faibles et nous n’avons plus beaucoup de nourriture, nous en avons assez pour nous sortir d’ici mais ce sera très dur", avait-il écrit en légende d'une photo où l'on peut voir Borge Ousland le nez en sang.

⋙ Mike Horn : 5 choses que vous ne saviez pas sur lui

Seulement, quelques minutes plus tard, ce message avait totalement été modifié. Mike Horn est finalement revenu sur ses propos pour se montrer beaucoup plus rassurant. "Il est certain que j’ai connu des week-ends plus faciles dans ma vie d’explorateur. Après les obstacles et les difficultés sans fin de la semaine dernière, Borge Ousland et moi-même sommes reconnaissants de commencer la semaine avec un nouvel état d’esprit. Aujourd’hui, malgré nos blessures, nous nous sentons fatigués, mais inarrêtables. Nous savons que l’arrivée est proche, nous devons maintenant rassembler la force qu’il nous reste pour nous battre et y parvenir", a-t-il alors écrit.

Il s'est ensuite voulu quelque peu philosophe en imaginant simplement que c'est la réponse de la nature à toutes les maltraitances de l'homme. "C'est un monde très hostile par ici... et les conditions plus

(...) Cliquez ici pour voir la suite