Mila à son procès : « Il est temps que la peur change de camp »

·2 min de lecture

L’adolescente avait subi une vague de messages haineux après la publication d’une vidéo dans laquelle elle parlait d’islam. Elle faisait face jeudi à plusieurs de ses détracteurs, devant le tribunal judiciaire de Paris. 

Ils étaient huit sur treize à être présents dans la salle d'audience. Devant les juges du tribunal correctionnel de Paris, dix hommes et trois femmes, âgés de 18 à 30 ans, devaient répondre des actes de harcèlement en ligne, et pour certains de menace de mort, contre Mila. En janvier 2020, puis en novembre dernier, l’adolescente iséroise qui vient de fêter ses 18 ans, avait publié des vidéos contenant des propos polémiques sur l’islam sur les réseaux sociaux. S’en sont suivis plus de 100 000 messages haineux à l’encontre de la jeune femme. 

Lire aussi >> Mila, la rage de dire

Un premier jour de procès consacré à des incidents de procédure 

Présente ce jeudi pour faire face à ses agresseurs, Mila est arrivée dans la salle d’audience sans faire de déclaration. Les cheveux attachés, sobrement maquillée et vêtue d’un haut rouge et d’un pantalon noir, la jeune femme qui vit désormais sous protection judiciaire et a dû changer de lycée, a pris place sur le banc des parties civiles, le visage serein. 

Après avoir décliné l’identité des treize prévenus et les faits qu’ils leur étaient reprochés, le président de la 10e chambre, Michaël Humbert, a indiqué que ce premier jour de procès serait consacré aux nombreux incidents de procédures soulevés par la défense. Pour entendre la victime et les prévenus sur le fond de l’affaire, il faudra attendre.  

Demandes de renvoi, recours en nullité formulés... Les avocats de la...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi