Mille milliards de mille sabords, le Capitaine Haddock a 80 ans !

·1 min de lecture

Janvier 1941. L’Europe plongée dans la nuit. Au large de la Belgique occupée par les nazis, un cargo fait route vers l’Afrique du Nord : le Karaboudjan. Dans sa cale, de l’opium, caché dans des boites de crabe et Tintin retenu prisonnier avec Milou. Au-dessus d’eux, enfermé dans sa cabine, se trouve le capitaine du bateau. Un alcoolo, barbu et ébouriffé, qui parle tout seul dans ses bulles, une loque humaine. Reconnaissable à l'encre sur son gros chandail bleu, le marin a 22 ans de long cours et une épave échouée au fond du Loch Lomond. Dans son dos, son second l’a trahi et son équipage qui trafique de la drogue. Trop bourré, lui ne voit que sa bouteille de whisky.

Subitement, Tintin, venu des entrailles du bateau, surgit par le hublot de sa cabine. Ils ne se sont jamais vus et c’est là que commence leur histoire, en page 15 du Crabe aux Pinces d’Or. Haddock va devenir, au fil des albums suivants, le meilleur ami de Tintin, son complice et sa figure paternelle. Celui qui, du Tibet, au Pérou, du Yémen à l’Arctique, suivra le blondinet et son "chienchien", jusque sur la Lune.

Haddock, un ivrogne romantique et flamboyant

Haddock, comme le poisson fumé anglais, est un personnage hors-norme : la pipe toujours allumée, la barbe parfois incendiée, le cœur ardant, l’âme palpitante, le foie pas loin de la cirrhose. Un ivrogne romantique et flamboyant, qui après les premières aventures très politiques du jeune globe-trotteur, va apporter de l’humour, de la picole, de l’humanité et des ...


Lire la suite sur Europe1