Pourquoi les ministres ont hâte de remettre leurs enfants à l'école

Depuis la réouverture des écoles primaires volontaires, soit 40.000 établissements scolaires depuis le 11 mai 2020, les parents des élèves qui ont repris le chemin de l'école sont partagés entre le soulagement de pouvoir reprendre leur activité normale et la crainte de voir leur enfant contaminé par le covid-19. Beaucoup d'enfants se réjouissent de retrouver, quelques jours par semaine, leurs petits camarades. En tout cas, pour les familles dont les établissements scolaires proposent de reprendre leurs enfants en classe, le débat fait rage. Il en va de même pour les parents ministres ! Comme le révèle Paris-Match, plusieurs membres du gouvernement ne cachent pas leur souhait de voir leurs enfants retourner à l'école.

"Confinement, je te déteste!"

A commencer par le Premier ministre. Comme le raconte l'hebdomadaire, si les trois enfants d'Edouard Philippe ne sont pas concernés - ils sont élèves en première, troisième et CM1 -, le chef du gouvernement a déclaré qu'il aimerait que sa benjamine puisse aller en classe. "J'ai indiqué que, si elle pouvait y aller, je préfèrerais qu'elle y aille", a fait savoir le premier ministre lors d'une conférence de presse sur le déconfinement. Quant aux ministres dont les enfants sont concernés et dont les écoles sont rouvertes, leurs petits ont repris le chemin de l'école. C'est le cas des deux filles et du garçon de Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement. Le secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse Gabriel Attal, a quant à lui, accompagné son petit frère, Nikolaï, à sa rentrée de CP. "On ne s'est pas vus depuis deux mois, on a fait des visio sur Houseparty presque tous les jours, mais il s'est senti très seul", confie-t-il. Parmi les quatre garçons du ministre de l'Economie Bruno Le Maire, seul Barthélémy, le plus jeune, a pu retrouver ses camarades de classe. La palme de l'impatience revient au benjamin de la secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnès Pannier-Runachet. Son fils de 9 ans, en

(...) Cliquez ici pour voir la suite