"On a tout misé sur son charisme !" : la stratégie de la délégation française pour remporter l’Eurovision 2023 avec La Zarra

Quels ont été les changements apportés depuis la première répétition ?

Avec la BBC, notre partenaire, on affine la lumière et la réalisation. On a un grand proscenium de trois mètres qui s’élève et il fallait vraiment tout fixer car il faut une sécurité derrière. Après la première répétition, on a changé beaucoup de choses : des lumières, des plans de réalisation, la fixation d’une partie de la robe…. Pas mal de détails pour qu’elle se sente bien car le système en hauteur bouge quand même. Il faut que ce soit parfait pour elle quand elle chante, pour qu’elle n’ait pas des mouvements de micro.

Est-ce pour sa sécurité que l’idée de la faire détacher puis remettre sa ceinture a été abandonnée ?

Oui, c’était prendre un risque de la faire se décrocher… On a voulu quelque chose de très iconique, c’’était donc très important qu’elle garde en stature.

La Zarra a eu l’idée de départ de cette scénographie. Comment avez-vous réagi quand elle vous en a parlé ?

Je me suis dit que c’était génial ! Je suis fascinée par sa créativité. C’est une artiste qui nous propose des choses complètement folles ! Et on y répond à 98% !

Aviez-vous des consignes à respecter par l’organisation ?

On est dans un concours avec des règles et certaines sont très strictes… On peut faire certaines choses et d’autres pas. On a par exemple demandé des axes de caméra ou des lumières qui n’étaie...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi