Miss France 2020 : l'épreuve tragique traversée par Miss Auvergne juste avant son élection

1 / 2

Miss France 2020 : Jean-Pierre Foucault réagit à l’appel au boycott de Laurent Ruquier

Le champagne au frais, les petits fours surgelés achetés, les amis convoqués : tout est paré pour commenter, avec mauvaise foi ou non, la prochaine élection Miss France, le samedi 14 décembre prochain. Mais avant de prendre un grand shot d'adrénaline à Marseille, les trente prétendantes à la couronne ont préparé cette cérémonie en Polynésie française, où elles se sont adonnées à des répétitions de tableaux et diverses activités. L'occasion de se faire remarquer pour certaines, de perdre des points pour d'autres, notamment lors de l'épreuve de culture générale, mais surtout de faire connaissance avec les médias et plusieurs membres du comité. Parmi les candidates de cette promotion 2020, l'une d'elles s'est particulièrement distinguée de par son triste passé. Quelques jours avant d'être sacrée Miss Auvergne 2019, Meissa Ameur a en effet été touchée par un drame.

⋙ Miss France 2020 : le concours joué d’avance ? Les révélations surprenantes d'une ex-Miss

L'Auvergnate, plus grande challenger du groupe avec ses 1m86, a perdu son père d'un cancer. "Je ne devais pas participer à l'élection, car mon père était en phase terminale et qu'il est décédé quatre jours avant mon élection qui a eu lieu le 18 octobre dernier", a-t-elle confié à propos de son fan numéro 1 dans Paris Match, livrant un témoignage poignant. "Quelques heures avant qu’il ne s’éteigne, il ne parvenait plus à parler, mais il a quand même réussi à m’écrire sur un papier le nombre 18. J’ai compris que c’était la fin et qu’il insistait pour que je participe au concours". C'est donc pour rendre hommage au premier homme de sa vie que Meissa Ameur a défendu ses chances et se présentera sur scène pour succéder à Vaimalama Chaves. "Je sais qu’il veille sur moi et qu’il est le plus heureux", indique l'étudiante en deuxième année de droit, tirant de cette épreuve une force supplémentaire. "Déjà enfant, je regardais les élections de Miss France chaque année avec lui. Lors de ces soirées il me disait 'un jour viendra ton tour'.

(...) Cliquez ici pour voir la suite