Miss France 2020 : pourquoi Laurent Ruquier appelle au boycott du concours de beauté

Trop, c’est trop pour Laurent Ruquier. Dans son émission du samedi 30 novembre 2019, le célèbre animateur d’On n’est pas couché, diffusée sur France 2, a tenu à pousser un gros coup de gueule contre le concours de Miss France, allant jusqu’à appeler au boycott du programme phare de TF1. Lors de son traditionnel récapitulatif de l’actualité de la semaine, le présentateur a d'abord évoqué la marche du 23 novembre organisée par le collectif #NousToutes contre les violences faites aux femmes… Avant de crier haut et fort que le concours de beauté devait désormais appartenir au passé. “Puisqu’il faut arrêter de regarder les femmes comme des objets, cesser de les juger sur leur physique et systématiquement privilégier les plus jolies, je lance un appel : boycottons cette année l’élection de Miss France !” lance Laurent Ruquier. “En plus, c’est sur TF1 [chaîne concurrente, ndlr.], alors c’est très bien. Mais il y en a plein les journaux, on n’en peut plus de l’élection de Miss France, c’est ringard. Donc en toute logique, si on veut être féministe, on doit boycotter aujourd’hui le concours des Miss France, ce sera déjà un bon début.”

⋙ EXCLU - Polémiques, transidentité, élection de Miss France 2020... Sylvie Tellier met les choses au clair

Face à la footballeuse Wendie Renard et à l’humoriste Franck Dubosc qui, présents sur le plateau, affirmaient qu’ils n’iraient pas “jusqu’à boycotter” l’émission, Laurent Ruquier précise avec malice : “Alors ne boycottons pas, mais ne regardez pas.” Il conclut ensuite : “Ce concours montre qu’on ne doit pas s’accepter comme on est puisqu’il faut avoir une certaine taille, un certain poids…” Le samedi 19 janvier 2019, Laurent Ruquier avait pourtant provoqué une polémique avec une blague jugée sexiste sur Vaimalama Chaves, Miss France 2019, invitée ce soir-là. “Entre la crise, le chômage, le terrorisme et les Gilets jaunes depuis quelques mois, ça n'aide pas la natalité”, avait-il lâché. “Chez nous, en France, on fait de moins en moins de bébés

(...) Cliquez ici pour voir la suite