"Miss France" : des candidates filmées seins nus, la décision radicale prise par le comité après la polémique

L'an dernier, le concours Miss France, qui avait sacré la belle Vaimalama Chaves, a été entaché par une polémique. Alors que des images des coulisses ont été dévoilées pendant l'émission, les caméras ont montré une scène qui n'aurait pas dû être diffusée. En effet, des candidates au titre de Miss France ont été filmées seins nus. Parmi elles, la corse Manon Jean-Mistral, qui est toujours furieuse contre la production. Alors que la prochaine élection se déroulera le 14 décembre prochain, le comité a décidé de prendre des mesures radicales.

Ce vendredi 15 novembre, une conférence de presse autour de la prochaine élection Miss France était organisée. Caroline Gavignet, productrice artistique du show, en a profité pour dévoiler les 30 Miss et s'exprimer sur cette affaire comme le rapporte nos confrères de Télé-Loisirs : "L'an dernier on avait la volonté de faire partager au plus grand nombre les coulisses du show, et il y avait effectivement des caméras en coulisses. Il s'est passé ce qu'il s'est passé, ça s'appelle les aléas du direct... On prend notre grande part de responsabilité dans cet événement et maintenant clairement la décision a été prise qu'il n'y aura plus de caméras en coulisses", a-t-elle lâché.

"Il faut faire attention"

De son côté, Sylvie Tellier, la directrice du comité Miss France, a également commenté cette décision : "On vit dans une société d'immédiateté, avec les réseaux sociaux et les gens veulent tout savoir à l'instant T, sans filtre. L'an dernier, on a proposé les réactions des jeunes femmes en coulisses, on a mis des caméras en coulisses. Tout cela allait dans le sens d'une demande des téléspectateurs mais on s'est rendus compte que sur Miss France il faut faire attention, parce que l'immédiateté n'est pas toujours juste", a-t-elle déclaré. Et de poursuivre : "On est dans une émission en direct, avec des jeunes femmes qui ne sont pas des professionnelles, c'est une émission où on aime l'exigence." Cette année, l'organisation semble bien décidée

(...) Cliquez ici pour voir la suite