Qui est Victoire Rousselot, la première candidate de Miss France à être mariée et maman ?

Victoire Rousselot est la première candidate à l'élection de Miss France à être mariée et à avoir un enfant. © Instagram Victoire Rousselot
Victoire Rousselot est la première candidate à l'élection de Miss France à être mariée et à avoir un enfant. © Instagram Victoire Rousselot

Le Comité Miss France semble avoir enfin décidé de vivre avec son temps et d'oublier ses anciennes valeurs ringardes. Pour l'édition 2023 du concours de beauté, la plupart des anciennes règles imposées aux candidates ont été levées, notamment celle qui leur interdisait d'avoir fondé une famille avant leur élection. Ce qui permet à Victoire Rousselot d'être la première femme mère et mariée de se présenter à l'élection de Miss Alsace, dans l'espoir de représenter sa région lors de la grand-messe en décembre prochain.

Cela fait maintenant plusieurs années que l'élection de Miss France est victime de nombreuses critiques. Le concours de beauté, qui élit chaque année la femme qui représentera la France dans différents événements, est catalogué sexiste, car il s'arrête avant tout sur l'apparence physique, même si les personnes en charge du comité rappellent régulièrement que les candidates doivent également remplir un questionnaire de culture générale, et savoir se tenir en société pour répondre aux valeurs prônées par le titre. Mais pour l'édition 2023, les règles ont changé. Une aubaine pour Victoire Rousselot.

Victoire Rousselot, assistante dentaire, épouse, mère et future Miss ?

Sur Instagram, la jeune femme de 27 ans a récemment annoncé une bonne nouvelle à ses abonnés : "C’est un honneur pour moi de vous annoncer officiellement ma candidature à Miss Alsace." Un passage obligé pour pouvoir ensuite prétendre au titre de Miss France. Victoire Rousselot profite de l'occasion pour se présenter au grand public, affirmant : "J’ai 27 ans et j’habite à Barr dans le Bas Rhin. Je suis actuellement assistante dentaire. J’ai eu la chance de vivre plusieurs années à l’étranger notamment en République du Congo et aux États-Unis mais l’Alsace a toujours été dans mon coeur. C’est pourquoi je suis retournée naturellement vers elle pour construire mon avenir."

La jeune femme précise également : "Être élue Miss Alsace serait l’occasion pour moi de représenter les femmes modernes tout en conservant les valeurs traditionnelles du concours. Il me tient à cœur de prouver qu’il est possible de conjuguer carrière professionnelle et vie familiale en étant la première Miss maman et mariée." Mère d'une petite fille, elle est ravie de pouvoir participer à cette belle aventure, et a déjà reçu de nombreux messages de soutien.

Comment peut-elle participer à Miss France ?

Pendant de nombreuses années, les règles en vigueur pour participer à l'élection de Miss France étaient particulièrement restrictives. Selon le règlement officiel du concours présenté sur le site de Maître Simonin, l'huissier en charge du bon déroulement de l'élection, les candidates devaient répondre aux critères suivants :

- Être de nationalité française ;

- Être inscrite à l’état civil comme étant de sexe féminin ;

- Ne pas être ni avoir été mariée ou pacsée, ne pas avoir d'enfant ;

- Être d’une taille minimum d’1m70 (un mètre soixante-dix) sans talons ;

- Ne pas porter de piercing ni de tatouage visible étant entendu comme tout tatouage dont la surface tatouée est supérieure à trois (3) centimètres de diamètre, qui ne peut être dissimulé et/ou qui serait placé sur le visage, le cou et/ou le décolleté ;

- Ne pas avoir eu recours à la chirurgie plastique (exception faite d’une chirurgie uniquement réparatrice)

Et ce sans oublier toutes les règles concernant la non-participation à des événements, concours ou shootings photo et vidéo qui ne seraient pas en adéquation avec les valeurs de Miss France. Seulement voilà, ces conditions pointues avaient été pointées du doigt en 2021, et l'élection Miss France avait été attaquée en justice. Dans les documents transmis au conseil des prud'hommes de Bobigny, les requérantes ont déploré qu'Endemol "utilise des femmes pour fabriquer un programme audiovisuel extrêmement lucratif tout en bafouant le droit du travail" avec des critères imposés aux candidates qui seraient en effet contraires au Code du travail, "qui interdit toute forme de discrimination relative aux mœurs, à l’âge, à la situation de famille, à la grossesse, aux caractéristiques génétiques, aux opinions politiques et à l’apparence physique", selon l'avocate de l'association Osez le féminisme.

Aussi, lors de la conférence de presse de l'élection de Miss France 2022, Alexia Laroche-Joubert l'avait annoncé : "Depuis ma nomination en tant que présidente de la société Miss France, on a travaillé, avec les équipes, à la ligne éditoriale de l’émission et aux conditions de production. Cela a des conséquences à la fois artistiques, techniques et juridiques. C’est pour cela que cette année, les 29 miss qui vont défiler le soir du 11 décembre sur l’antenne de TF1 auront des contrats de travail."

Les changements ne se sont pas arrêtés là puisque désormais, seule les règles imposant aux candidates au titre de faire plus d'1m70 sans talons, d'être de nationalité française et d'être inscrite à l’état civil comme étant de sexe féminin sont toujours en vigueur. Il n'y a plus de limite d'âge ou d'interdiction d'être mariée, pacsée ou mère de famille. À 27 ans, mariée et mère, Victoire Rousselot bénéficie donc de la fin de toutes ces règles pour pouvoir tenter sa chance dans l'aventure, profitant d'une évolution qui se sera faite attendre.

Quelques critiques au rendez-vous

Toutefois, l'annonce de la candidate ne lui a pas valu que des félicitations. Certaines personnes s'interrogent sur cette évolution de règles implantées depuis plusieurs décennies, et se demandent si une vie de mère de famille est vraiment compatible avec la vie de Miss France. Les plus virulentes viennent toutefois de Michel Leparmentier Deuxième, Président du Comité Miss Nationale (concurrent direct de Miss France créé par Geneviève de Fontenay après sa démission de la Société Miss France, ndlr), qui affirme : "Le Comité des Miss Nationales constate que la société Miss France sort complètement hors des critères de sélection pour l'élection de Miss France établis depuis 1954", enjoignant les mécontentes à participer à Madame France, un concours "réservé aux jeunes femmes et femmes française âgées de 25 à 55 ans, célibataires, mariées, divorcées ou veuves avec ou sans enfants sans limite de taille en hauteur."

D'autres internautes ont soutenu son propos en affirmant notamment : "C'est grave du n'importe quoi. Ce n'est plus un concours mais une sorte de venez comme vous êtes, tel le slogan de McDonald's. Apprenons à dissocier les couloirs. Le concours Miss France est là pour élire la plus jolie demoiselle de France parmi celle qui se sont présentées pas parmi toutes les Françaises."

À LIRE AUSSI

>> Alexia Laroche-Joubert : "Des groupes de néo-féministes veulent tuer le concours Miss France"

>> Miss France 2022 : un contrat de travail pour les Miss, changement historique

>> Maëva Coucke célibataire : elle se confie sur les difficultés à trouver l'amour quand on est Miss France

À voir également : Miss France : Sylvie Tellier sur le départ ? Une ex-Miss évoque sa remplaçante et "un changement"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles