Miss Ukraine: « L’agresseur ne s’arrêtera pas à l’Ukraine »

© Pavlo_Bagmut/ Ukrinform/Future Publishing via Getty Images

Invitée de BFMTV ce lundi 13 juin, Yelizaveta Yastremskaya est revenue sur une guerre en Ukraine qui s’éternise et des soutiens qui s’essoufflent. Elle est de passage en France pour récolter des dons pour les orphelins de cette invasion.

Lundi 13 juin, la miss Ukraine 2020, Yelizaveta Yastremskaya, était invitée sur le plateau de BFMTV pour raconter sa situation et celle de ses concitoyens, après bientôt quatre mois d’une guerre entamée par la Russie le 24 février dernier. Lors de son échange avec les présentateurs Olivier Truchot et Alain Marschall, l’ancienne Miss a redit l’importance de « parler davantage, dire la vérité, écouter les Ukrainiens qui racontent ce qu’il se passe en réalité ».

Elle a notamment invité à s’informer activement, notamment sur les réseaux sociaux, pour comprendre ce qui se joue actuellement en Ukraine, tant sur les domaines humains que stratégiques. « Le seul moyen de combattre la propagande, c’est de donner et diffuser l’information », a-t-elle expliqué, précisant qu’« il est difficile de ne pas comprendre ce qu’il se passe en Ukraine, et ceux qui ne le font pas, je pense qu’ils ne le veulent pas ».

À lire également >> Les réseaux sociaux, cheval de bataille de la guerre en Ukraine

Yelizaveta Yastremskaya est notamment revenue sur la nécessité que « [son] pays gagne cette guerre ». « Si l’Ukraine ne gagne pas, tout le monde comprend que la guerre continuera, et ce ne sera plus l’Ukraine mais un autre pays. […] L’agresseur ne s’arrêtera pas à l’Ukraine s’il sent la possibilité de continuer de gagner. » Elle qui a dû fuir son pays depuis l’invasion craint aujourd’hui pour ses proches,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles