Le MMA débarque en France

Jusque-là interdit, le Mixed Martial Arts sera légalisé dans l’Hexagone dès le mois de mars. Le pionnier français de la discipline, Cyrille Diabaté, dévoile ses spécificités.

Le Mixed Martial Arts est d’abord un mélange de plusieurs arts martiaux et de sports de combat tels que le jiu-jitsu brésilien, la lutte, la boxe thaïlandaise et le judo. C’est le quatrième sport le plus suivi aux Etats-Unis après le basket, le football américain et le base-ball. Même constat en Asie, où il fait partie du top cinq des disciplines sportives les plus populaires. Ses adeptes sont de plus en plus nombreux partout dans le monde, y compris en France. Mais alors, pourquoi avoir interdit le MMA pendant aussi longtemps ? On fait le point avec Cyrille Diabaté, une légende des sports de combat, aujourd’hui président de l’AFMMA (Alliance française du MMA) et coach à la Snake Team d’Epinay-sur-Seine.

Un concept hybride et technique

La discipline connaît un immense succès à partir de 1993, lorsque les premiers combats professionnels organisés aux Etats-Unis par l’UFC (Ultimate Fighting Championship) sont retransmis à la télévision. Ebloui par le caractère sensationnel du MMA, le public accroche d’emblée. « Le côté violent de la technique, presque sans règles, a beaucoup plu, mais paradoxalement c’est aussi ce qui a desservi son image. A force de trop mettre en valeur la violence, les premières organisations ont parfois eu mauvaise presse. Aujourd’hui, les règles ont tellement évolué qu’il n’y a plus ce problème », analyse Cyrille Diabaté. Mais le MMA a aussi révolutionné le monde des sports de combat, en particulier grâce aux techniques au sol (étranglement, clé de bras, clé de jambes...). « Dans les sports de combat, l’affrontement au sol a toujours eu tendance à être négligé. Là, grâce au MMA, qui leur fait la part belle, les professionnels comme le public se sont rendu compte de leur importance », témoigne le(...)


Lire la suite sur Paris Match