Mode : petite histoire du pantalon

En 1800 : façon mille et une nuits

L’ancêtre du pantalon féminin commence à sortir de sous les robes des dames. Juponné, frôlant le genou, il est copié sur celui des petites filles modèles. Mais aussi belles soient ses soieries et taffetas, il reste considéré comme une pièce de lingerie. C’en est trop pour ces messieurs qui crient à l’indécence et le renvoient au placard ! D’ailleurs, un ordre du 7 novembre 1800 oblige toute femme désirant s’habiller en homme à se présenter à la police pour en obtenir l’autorisation, sous peine d’amende !

En 1830 : l’étendard des féministes

Une poignée d’impudentes se moque du bienséant comme de leur première culotte ! Parmi elles, les artistes George Sand et Rosa Bonheur, volontiers travesties. Porter cette tenue masculine a valeur d’acte politique. Outre-Atlantique, à défaut de réclamer l’égalité hommes-femmes, la Bostonienne Amelia Bloomer revendique, elle, la liberté de mouvement avec sa jupe courte prolongée d’une culotte longue et bouffante. Une création à qui elle laissera son nom !

En 1930 : la liberté en marche

Gymnastique, ski, équitation… Les activités physiques sont à la mode. Encore faut-il être à l’aise pour les pratiquer. Voici donc les sportives parées de pantalon dit « de plaisance ». Protecteur et fonctionnel, il est aussi confortable. Il se pavane à la plage, façon Coco Chanel, et dans les chambres à coucher où nuisettes et déshabillés perdent du terrain face au pyjama.

En 1950 : des airs faussement sages

Les silhouettes androgynes, à l’image de la filiforme Audrey Hepburn, ont la cote. Sur elles, les modèles « cigarette » ou « fuseau » sont réduits à leur plus simple expression. Près du corps, étroits, parfois même relevés au-dessus de la cheville, ils ne cachent rien des fesses et des cuisses, moulées dans de nouvelles matières légères, malléables et résistantes issues du nylon. Les formes de Brigitte Bardot entrent ainsi dans la légende, définitivement associées à ses corsaires à carreaux vichy.

En 1960 : égéries de haute

(...) Cliquez ici pour voir la suite