Monica Bellucci dévoile ses dessous et sa plastique de rêve dans une superbe robe transparente

Mama mia ! Où s’arrêtera Monica Bellucci ? Depuis l’été dernier, la belle italienne multiplie les sorties plus glamour les unes que les autres. Partout où elle passe, elle fait des ravages qu’elle soit habillée d’un look masculin-féminin en tailleur pantalon au festival du film Lumière à Lyon ou qu’elle sorte le grand jeu en longue robe noire comme lorsqu’elle assistait au défilé Christian Dior le 24 septembre dernier à Paris

Adepte des looks de femme fatale, elle a encore fait la démonstration de tous ses charmes cette semaine à l’occasion d’un dîner privé organisé en l’honneur du couturier américain Ralph Lauren et de la diffusion en avant-première d’un documentaire le concernant. Diner où Laetitia Casta et sa robe qui montrait tout de sa chute de rien s’est elle aussi faite remarquer !

Mais ce matin, tous les yeux sont braqués sur Monica Bellucci et sur sa tenue à mi-chemin entre la robe sexy (à cause de la dentelle noire) et la robe de nonne (rapport au poignet et au col bien serré en coton blanc) ! Signée Ralph Lauren, la robe à manches longues lui descendait jusqu’en bas des pieds mais sa matière toute en dentelle transparente laissait tout voir de ses dessous noirs… et de ses formes généreuses. Aurait-elle succombé à la gaine ? Ou avait-elle choisi d’enfiler une combi vintage ? Le doute plane mais le charme de Monica est intacte.

À 55 ans, l’actrice italienne fascine toujours autant ses fans – hommes comme femmes – comme le prouve encore le déferlement de commentaires et de « likes » qui accompagnent le cliché d’elle qu’elle a partagé sur son compte Instagram. « La piu bella del mondo », « Quelle classe, quelle élégance, du jamais vu », « Quelle beauté », « Sublime as usual », « Vous dégagez tellement d’érotisme que l’on ne peut que vous admirer » !

Avis à tous ses fans qui rêveraient de la voir en chair et en os : Monica Bellucci va faire ses débuts sur les planches dans la peau de Maria Callas. Rendez-vous au studio Marigny à Paris du 27 novembre au 6 décembre.

(...) Cliquez ici pour voir la suite