Monica Bellucci se livre sans tabou sur la chirurgie et la médecine esthétique

Dans une interview accordée au magazine ELLE (en kiosques vendredi 31 janvier 2020), l’actrice Monica Bellucci se confie sans tabou sur la médecine et la chirurgie esthétique.

Elle se livre sans fard. A 55 ans, Monica Bellucci se dit comblée, à tous les niveaux. L’actrice, à l’affiche de deux films (L’homme qui avait vendu sa peau, de Kaouther Ben Hania, The Girls in the Fountain, d’Antongiulio Panizzi) et sur scène (Lettres et mémoires de Maria Callas au théâtre des Bouffes Parisiens) en février 2020, recevra par ailleurs un Magritte d’honneur en Belgique avant de présider la cérémonie des Globes de Cristal. Rien que ça. Doucement, mais sûrement, Monica Bellucci fait de tous ses rêves des réalités. Alors le temps qui passe, le temps qu’elle voit passer, elle décide de ne pas trop s’en préoccuper. Lors d’un entretien accordé au magazine ELLE (en kiosques vendredi 31 janvier), l’ex-James Bond girl s'est confiée sans tabou sur la médecine et la chirurgie esthétique... Refusant de jeter la pierre à celles qui décident de sauter le pas.

Ça va ! Il n’y a pas de raison de paniquer !”, commence Monica Bellucci en évoquant son âge. “Je suis en paix avec ça, vous savez. Le combat contre le temps qui passe est perdu d’avance, mais je pense avoir de bons gènes, et je m’entretiens du mieux que je peux, avec du Pilates, de la natation…” La comédienne poursuit, avec beaucoup d’empathie : “Il y a plein d’autres moyens désormais de vivre mieux son âge et si je suis d’une nature prudente, je ne juge pas les femmes qui font de la médecine ou de la chirurgie esthétique. Les gens sont cruels, au nom de quoi refuserait-on aux autres le droit de faire ce qu’il faut pour se sentir mieux ?” De son côté, Monica Bellucci profite simplement de sa vie rêvée, se contentant de tout ce qu’elle a réussi à construire. “J’ai tellement de chance, comment me plaindrais-je ?”, s’interroge-t-elle. Et de conclure : “Mon métier me comble, j’ai deux filles magnifiques ! Je suis le produit du rêve de mon enfance, c’est ça qui compte, pas la tête que j’ai ou que j’aurai dans dix ans !

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :