Monter les escaliers en courant pourrait vous aider à vivre plus longtemps

Être capable de monter quatre étages en marchant ou en courant « réduirait le risque de décès prématuré ». [Photo: Getty]

Monter les escaliers en courant pourrait ajouter des années à votre espérance de vie, d’après la recherche.

Des scientifiques de l’Hospital Universitario A Coruña en Espagne ont demandé à plus de 4 700 femmes de courir sur un tapis roulant jusqu'à l’épuisement.

Celles qui sont parvenues à grimper quatre étages en marchant rapidement ou en courant étaient quatre fois moins susceptibles de décéder d'une maladie cardiaque au cours des quatre années suivantes. Le risque de mourir d'un cancer était également réduit de moitié, d’après les résultats.

« Faites autant d’exercice que possible », a déclaré l'auteur principal, le Dr Jesus Peteiro. « L’activité physique protège contre les décès toutes causes confondues ».

Un quart (25 %) des personnes de plus de 16 ans en Angleterre étaient « physiquement inactives » en 2017/18, d'après les statistiques du gouvernement, ce qui correspond à moins d'une demi-heure d'exercice d'intensité modérée par semaine.

Aux États-Unis, une proportion similaire d'adultes (25,4 %) n’a participé à « aucune activité physique de loisirs » l'année dernière, d'après les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies.

Pour en apprendre davantage sur les bienfaits de l'exercice, les scientifiques ont examiné des milliers de femmes d'âge moyen ou élevé qui avaient été invitées à effectuer des tests suite à des maladies coronariennes diagnostiquées ou soupçonnées.

La « consommation » d’oxygène des femmes a été mesurée lorsqu’elles marchaient ou couraient sur un tapis roulant à vitesse croissante.

Celles qui parvenaient à monter l'équivalent de quatre étages sans s'arrêter, ou trois étages en marchant très rapidement, étaient moins susceptibles de décéder lors de la période de suivi de 4,6 ans en moyenne.

Seulement 0,6 % des femmes associées à ce niveau de forme physique sont décédées de maladies cardiaques chaque année du suivi, contre 2,2 % des femmes associées à un taux d'activité plus faible.

L'exercice est réputé faire baisser la pression artérielle et le cholestérol et aider à maintenir un poids stable.

Les résultats, présentés à la European Society of Cardiology à Vienne, montrent également que le taux de décès suite à un cancer était de 0,9 % par an dans le « groupe en mauvaise forme » contre seulement 0,4 % chez celles qui avaient obtenu de meilleurs résultats sur le tapis roulant.

L'exercice contribue à contrôler certaines hormones qui, lorsqu’elles sont « déréglées », peuvent entraîner la division incontrôlable des cellules et être à l’origine de tumeurs.

Le taux de décès attribuables à d'autres causes était de 1,4 % chez les participantes moins en forme et de seulement 0,3 % chez celles qui parvenaient à « monter 4 étages ».

« Une bonne capacité physique est associée à une baisse du risque de décès des suites de maladies cardiovasculaires, cancers et d’autres causes », a déclaré le Dr Peteiro.

Le cœur des femmes a été analysé pendant qu’elles étaient sur le tapis roulant. Les scientifiques ont constaté que celles qui avaient un ventricule gauche (celui en charge de faire circuler le sang dans tout le corps) moins efficace étaient davantage susceptibles de mourir d'une maladie cardiaque, mais pas d'autres causes.

« Quand on observe les deux examens ensemble, les femmes dont le cœur fonctionnait normalement pendant l'exercice étaient peu susceptibles de souffrir de problèmes cardiovasculaires », a déclaré le Dr Peteiro.

« Cependant, si leur capacité d'exercice était faible, elles risquaient malgré tout de décéder des suites d’un cancer ou d'autres causes ».

« La meilleure combinaison possible consiste donc à avoir une performance cardiaque normale pendant l'exercice ainsi qu’une bonne capacité d'exercice ».

Les femmes vivent généralement plus longtemps que les hommes, et les scientifiques souhaitent approfondir leurs recherches et se pencher davantage sur l’impact de l'exercice chez les participantes.

Alexandra Thompson