Mort d'Elisa Pilarski: un nouveau témoignage sur le comportement du chien

Le comportement du chien d'Elisa Pilarski, la jeune femme enceinte mordue à mort dans une forêt dans l'Aisne le 16 novembre 2019, pose question. Son chien Curtis - comme une soixantaine d'autres chiens présents ce jour-là dans cette forêt pour une chasse à courre - est soupçonné d'avoir causé la mort de sa maîtresse. Des analyses ADN ont été effectuées sur les chiens et les résultats devraient être connus dans les prochaines semaines. L'animal, qui avait été retrouvé blessé à côté de la victime a été pris en charge par des vétérinaires et placé sous réquisition judiciaire dans une fourrière de Beauvais dans l'Oise. Depuis lors, l'animal ne peut sortir ni voir son maître.

Son maître, justement, le compagnon de la victime, aurait lui-même été mordu à la jambe par Curtis, le soir même du drame, à la gendarmerie. Une seconde victime de l'animal apporte son témoignage dans Le Parisien. La jeune femme est une bénévole du refuge où le chien a été placé. Elle explique avoir été violemment agressée, gardant de nombreuses cicatrices sur ses jambes. Ignorant que le chien dont elle s'occupait était celui retrouvé auprès du cadavre de la jeune Elisa Pilarski, elle ne se méfie pas spécialement. "Je devais l’emmener chez le vétérinaire qui est présent une fois par semaine.Tout était normal, il était calme", explique-t-elle. Mais, alors qu'elle patiente dans le cabinet du vétérinaire, l'animal l'agresse sauvagement. "Il m’a sauté dessus au niveau de la poitrine. Je le repousse, et c’est à ce moment qu’il m’attaque au niveau de la jambe et ne veut pas me lâcher. Je ne sais pas combien de temps ça a duré. La seule chose dont je me souvienne, c’est d’avoir hurlé et de m’être dit qu’il allait me tuer. La douleur était vraiment intense." Alerté par les cris, le vétérinaire est intervenu, parvenant à maîtriser l'animal. Conduite à l'hôpital, la jeune femme est prise en charge et ressort avec 12 points de suture et un arrêt de travail de deux mois. Elle n'apprendra l'identité de l'animal que

(...) Cliquez ici pour voir la suite