Mort de Delphine Serina ("Un si grand soleil") : son fils, Giacomo, sort du silence avec un texte bouleversant

Le 19 avril 2020, la comédienne Delphine Serina succombait à une longue maladie à 49 ans. Connue pour avoir joué durant cinq ans dans Avocats et Associés, elle campait depuis peu le personnage de Bérénice Paré dans la série de France 2, Un si grand soleil. Mercredi 6 mai 2020, elle aurait fêté ses 50 ans. Son fils, Giacomo, était resté plongé dans le silence depuis la mort de sa mère. Mais pour cette occasion si spéciale, le jeune étudiant en art a décidé de partager une photo de lui bébé et de sa mère sur son compte Instagram. Sous celle-ci, il écrit un texte poignant où il s'adresse directement à celle qui l'a fait naître : "Bon anniversaire à la meilleure des mamans ! Tu aurais eu 50 ans aujourd'hui.Te connaissant, je suis sûr que tu te serais plainte du coup de vieux que tu aurais pris, tout en oubliant la beauté juvénile qui t'animait toujours."

Franck Buchter, le mari de Delphine Serina, sort aussi du silence

Puis, c'est nostalgique qu'il poursuit en se remémorant son dernier anniversaire : "Effectivement, je me souviens qu'à ton dernier anniversaire, tu avais tenu à faire une grosse soirée pour tes 49 ans, afin d'éviter le choc des 50... Cette année, si chacun des gens qui tenaient à toi soufflaient une bougie, il en faudrait bien plus que 50 ! En te souhaitant de t'amuser où que tu sois.Ton fils qui t'aime." De son côté, Franck Buchter, le mari de Delphine Serina, a aussi pris la parole sur sa page Facebook : "Joyeux anniversaire mon ange". Avec ce message simple et touchant, le producteur glisse un lien du live de Delphine Serina au Réservoir à Paris. Rempli de tristesse, il a pu compter sur le soutien de ses abonnés et amis. Sous le post facebook, de nombreux commentaires ont pris place en cette journée si spéciale et terrible à la fois : "Douces pensées vers l’ange Delphine et vers toi Franck . On t’embrasse", "Je pense fort à toi en ce jour-anniversaire et te souhaite du courage pour surmonter ta peine qui est, à n’en point douter, immense", peut-on

(...) Cliquez ici pour voir la suite