La mort d'un animal aussi douloureuse que celle d'un proche, pour 88 % des propriétaires

Elsa Rouden

Pour près de 9 propriétaires d’animaux sur 10, le décès d’un compagnon à poils ou à plumes est aussi difficile à vivre que celui d’un proche*.

Il est loin le temps où chiens et chats étaient cantonnés à décourager les intrus ou à chasser les souris pour préserver les récoltes. Désormais, les animaux sont des membres de la famille à part entière. Ainsi, près de 9 propriétaires de chiens et/ou chats considèrent que la mort d'un animal est aussi difficile à vivre que celle d'un proche. Et pour rendre le départ plus doux, les amoureux de leurs compagnons à quatre pattes n'hésitent pas à abréger leur souffrance : 80 % d'entre eux ont déjà fait euthanasier leur animal de compagnie.

Le chagrin après la perte d'un animal, encore tabou

Si 24 % des propriétaires français vont jusqu'à partager un texte d'adieu dédié à leur ami à poils ou à plumes sur Internet (réseaux sociaux et/ou forums), 88 % n'osent pas parler de leur peine à ceux qui n'ont pas d'animal. Pour se souvenir de leur compagnon, 90 % des interrogés conservent un souvenir de lui : une photo (95 %), des jouets (53 %), des touffes de poils (21 %) ou une empreinte de patte (5 %). Malgré cela, le chagrin perdure : plus de 3 ans après le décès de leur animal, les 2/3 des propriétaires ressentent encore une grande douleur à son évocation. 

A découvrir également : les conseils de notre psy pour faire le deuil d'un animal

La crémation, privilégiée par les Français

2/3 des propriétaires d'animaux français choisissent la crémation,...Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi