La mort d'une femme enceinte crée une onde de choc au Portugal

Adobe Stock
Adobe Stock

Une Portugaise enceinte est décédée suite à son transfert de l'hôpital où elle avait été admise, le service de néonatologie d'un établissement de Lisbonne, en raison d'un manque d'espace. Cette tragédie a bouleversé le pays. La ministre de la Santé, Marta Temido, en poste depuis 2018, a même démissionné suite à ce drame, déclarant "n'avoir plus les conditions nécessaires pour assurer sa fonction".

Et pour cause. Au Portugal, rappelle le Guardian, la crise sanitaire a engendré la fermeture des services d'urgence à travers le pays et mis les services de soins de maternité "sous une pression extrême". Déplacée de l'hôpital Santa Maria, la défunte, âgée de 34 ans, éprouvait des problèmes respiratoires et une hypertension artérielle. Elle est décédée des suites d'une crise cardiaque dans l'ambulance. Son nouveau-né, lui, a survécu.

Un décès qui a engendré une onde de choc.

"La goutte d'eau"

Ainsi hormis la démission de la ministre de la Santé, c'est le Premier ministre, António Costa, qui a partagé son indignation. Cette mort, a-t-il déclaré, est "la dernière goutte d'eau" au sein d'un pays en pleine crise hospitalière. Cependant, relate le Guardian, les responsables de l'hôpital Santa Maria ont quant à eux déclaré que ce type de transfert était une "procédure fréquente" et qu'un tel drame n'aurait pu être "ni prévisible ni attendu dans cette situation". Une enquête a cependant été ouverte.

En outre, le ministère de la Santé a annoncé...

Lire la suite


À lire aussi

Google discrimine-t-il les femmes enceintes ?
Limiter l'entrée des femmes enceintes aux Etats-Unis : la nouvelle idée malaisante de Trump
Une statue "sexy" de femme crée le malaise en Italie