Mort de l’acteur Michel Piccoli à 94 ans : la cause de son décès dévoilée

C’est un grand qui s’en va. Michel Piccoli est mort à l’âge de 94 ans. Sa famille s’est chargée d'annoncer la triste nouvelle à l’Agence France Presse lundi 18 mai 2020. “Michel Piccoli s'est éteint le 12 mai dans les bras de sa femme Ludivine et de ses jeunes enfants Inord et Missia, des suites d'un accident cérébral”, fait savoir ce communiqué transmis à l'AFP par Gilles Jacob, ami de l'acteur et ancien président du Festival de Cannes. Né en décembre 1925 à Paris, l’acteur, producteur, réalisateur et scénariste était considéré comme un monstre sacré du cinéma français. Après s’être formé aux cours Simon et avoir fait une apparition dans Sortilèges, de Christian-Jacques, en 1945, il fait ses premiers pas dans le septième art avec Le Point du jour, de Louis Daquin. Côté planches, il débute avec la compagnie Renaud-Barrault et au Théâtre de Babylone. C’est toutefois son rôle dans Le Mépris, film signé Jean-Luc Godard et dans lequel brille Brigitte Bardot, que Michel Piccoli se fait véritablement connaître du grand public.

Michel Piccoli, un acteur engagé à gauche

Michel Piccoli, du haut de sa centaine de films largement dépassée, a tourné avec les plus grands du cinéma français. Parmi eux, Agnès Varda, Jacques Demy, Jean Renoir, Claude Cabrol, Jacques Doillon… mais aussi les plus grands du cinéma étranger, comme Alfred Hitchcock. Acteur phare de Claude Sautet, Marco Ferrer et Luis Bunuel, Michel Piccoli fut aussi un habitué du Festival de Cannes. En 2007, il fait d’ailleurs partie du jury de la 60e édition. L’un de ses derniers films, Habemus Papam, de Nanni Moretti, sera par ailleurs présenté en compétition en 2011. Engagé à gauche, Michel Piccoli a souvent lutté contre le Front national et s’est mobilisé pour Amnesty International. Côté vie privée, il se marie pour la première fois en 1954 avec l’actrice Eleonore Hirt, avec qui il a eu une fille, Anne-Cordélia Piccoli. Il épouse en deuxième noce la chanteuse Juliette Gréco puis, enfin, en 1978, la scénariste Ludivine

(...) Cliquez ici pour voir la suite