Vidéo - Mort de Marie Trintignant : "Une vingtaine de traces de coups, deux nerfs optiques quasiment détachés"... Les détails de son autopsie dévoilés

C'est l'histoire d'un féminicide qui a profondément marqué la France. Ce dimanche 24 novembre 2019, M6 diffuse un documentaire inédit sur le meurtre de Marie Trintignant, tuée par son compagnon, Bertrand Cantat, en 2003. Ce reportage s'inscrit dans le cadre de la journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, le 25 novembre. Présenté par Bernard de la Villardière, le numéro d’Enquête exclusive, signé Delphine Lopez et Manuel Presse, montre pour la première fois à la télévision française l’audition de Bertrand Cantat par la justice lituanienne. Seront diffusées des images exclusives de cet interrogatoire qui revient sur les circonstances de la mort de l’actrice le 1er août 2003. Ces images, validées par Nadine Trintignant, Femme Actuelle a pu les voir avant leur sortie. Mais le documentaire ne propose pas seulement l'audition de Bertrand Cantat.

⋙ Féminicides : les objets du quotidien qui ont tué le plus de femmes en France en 2019

Outre de nombreux témoignages (anciennes compagnes du rockeur, frères et soeurs de Bertrand Cantat et Marie Trintignant, mère de Marie Trintignant, avocats des deux parties et autres experts), le documentaire de M6 reconstitue entièrement la soirée du drame. Les preuves apportées sont sidérantes. Des photos attestent de la violence de la nuit : tout, dans la chambre, est sans dessus dessous, comme après un cambriolage. Il y a aussi l’effarant rapport d’autopsie qui recense au total une vingtaine de traces de coups. Plusieurs hématomes sur le visage, dont trois gros sur le côté gauche, un éclatement des os du nez. Mais aussi une plaie au niveau de l’arcade sourcilière, sans doute due à l’impact des bagues qui “auraient pu avoir l’effet d’un coup de poing américain.” Les deux nerfs optiques étaient par ailleurs “quasiment détachés.” Enfin, Marie Trintiginant n’est pas seulement touchée au visage. Dans leur rapport médico-légal, les professeurs Lecomte et Vorhauer constatent de nombreuses blessures aux jambes, sur

(...) Cliquez ici pour voir la suite